Abonné

Démocratie, parité : les écologistes sauront-ils redorer le blason des intercommunalités ?

Hugo Soutra

Sujets relatifs :

, ,
Démocratie, parité : les écologistes sauront-ils redorer le blason des intercommunalités ?

Aix Marseille Métropole

© Adobe/babelsberger

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Une quarantaine de maires et parlementaires EELV a de nouveau plaidé en faveur de l’élection au suffrage universel direct des conseillers communautaires, dans une tribune publiée le 9 décembre par le Journal du Dimanche. Les instances métropolitaines, trop peu paritaires à leurs yeux, souffriraient d’un déficit démocratique. Si leur constat semble difficilement contestable, la solution avancée ne séduit pas forcément... au-delà du camp écologiste.

Les métropoles, voire les intercommunalités dans leur ensemble, ont-elles besoin de l’onction du suffrage universel direct pour gagner en légitimité ? Pour Ronan Dantec, sénateur écologiste de Loire-Atlantique, adjoint au maire de Johanna Rolland à Nantes et signataire de la tribune parue dans Le JDD, la réponse prend la forme d’un « oui, urgent ». « L’interco est devenue au fil des années le lieu des décisions majeures pour la vie quotidienne de nos concitoyens : politiques foncières, de transport urbain, des déchets, etc. On ne peut pas continuer à fonctionner dans un système où ce lieu de décision n’est pas validé par une élection au suffrage universel direct » justifie-t-il. Ronan Dantec garde en mémoire le cas de plus petites communes, où les enjeux intercommunaux ont[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS