Abonné

De gré ou de force, la métropole grenobloise s’invitera lors des municipales 2020

Hugo Soutra
De gré ou de force, la métropole grenobloise s’invitera lors des municipales 2020

Grenoble, la place Robert Schuman

© Flickr-CC-L.Espitallier

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Quelle place la campagne des municipales réservera-t-elle aux enjeux métropolitains ? A Grenoble, les partisans de l'intercommunalité refusent de laisser leur avenir aux mains des candidats, maires sortants ou challengers. Et semblent bien décidés à imposer leurs sujets dans les débats de la prochaine campagne. Reportage.

Le président de la métropole de Grenoble, Christophe Ferrari (ex-PS), lui, en est persuadé. Aux prochaines élections municipales, les candidats vont s’emparer des sujets métropolitains. « C’est incontournable, c’est une question de crédibilité vis-à-vis des électeurs » estime ce partisan de l’élection des conseillers métropolitains au suffrage universel direct (SUD), « avec une représentation de toutes les communes » tient-il à mentionner. Et au président d’être convaincu que les électeurs « seront attentifs au fait que ceux qui se présentent dans leur commune développe également un projet, avec d’autres, à l’échelle de la métropole (…) La métropole est là pour exister et pour durer» enfonce encore le clou, le président et maire de Pont de Claix.

Devenue métropole en 2015, l’agglomération grenobloise a rattrapé un certain retard. « On a intégré, en terme de compétences, en quatre[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS