Abonné

« Conseiller départemental rural ou urbain : deux élus foncièrement différents »

Aurélien Hélias
« Conseiller départemental rural ou urbain : deux élus foncièrement différents »

Aurélia Troupel, politologue, Université de Montpellier

© I. Bigou-Gilles/ Hans Lucas/LE COURRIER

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Elles sont les grandes oubliées médiatiques face aux omnipotentes élections régionales, et pourtant... Les départementales 2021 sont lourdes d’enjeux à plus d’un titre, à l'issue de ce mandat qui a expérimenté la nouvelle carte cantonale et les binômes paritaires d'élus. Explications avec la politologue Aurélia Troupel, professeur à l'université de Montpellier et spécialiste du département et de ses hérauts.

Après ce premier mandat de conseillers départementaux (2015-2021) ayant remplacé les historiques conseillers généraux, quel bilan faire de la réforme électorale de 2013 ?

Avec la réforme de 2013, tout avait été fait pour que les assemblées départementales vivent un petit séisme. Jusqu’alors, les conseillers généraux étaient les seuls élus à n’avoir jamais connu d’évolution de leur mode d’élection. La collectivité était alors inamovible, notamment sur la parité. Le scrutin de 2015 a tout chamboulé, avec un renouvellement intégral et non partiel, ce qui a aussi eu un impact sur la politisation de ces assemblées. La réforme devait en cela apporter plus de lisibilité, cela n’a pas été trop le cas.

La parité imposée a-t-elle été l’élément central de cette révolution électorale ?

Cela n’a pas été[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS