Comment va fonctionner « l’amortisseur électricité » au 1er janvier 2023

La rédaction
Soyez le premier à réagir

Soyez le premier à réagir

Comment va fonctionner « l’amortisseur électricité » au 1er janvier 2023

© Adobe stock

Le gouvernement précise les modalités d'application de "l'amortisseur électricité", dispositif qui va s'appliquer au 1er janvier 2023 et qui viendra compléter les aides existantes au paiement des factures d'électricité par les collectivités.

Le gouvernement vient de préciser les modalités d’application de son « amortisseur électricité » qui entrera en vigueur au 1er janvier 2023, et qui avait été annoncé le 27 octobre dernier par la Première ministre Elisabeth Borne puis confirmé lors du Congrès des maires. Cet amortisseur est à destination de toutes les collectivités et les établissements publics n’ayant pas d’activités concurrentielles, quel que soit leur statut, ainsi que des PME (moins de 250 salariés, 50 M€ de chiffre d’affaires et 43 M€ de bilan) non éligibles au bouclier tarifaire. L’objectif de ce dispositif est d’être à la fois plus simple et d’apporter des aides plus importantes à un plus grand nombre de bénéficiaires.

Un seul indicateur pour déclencher l’amortisseur

L’amortisseur a été calé à partir d’un seul indicateur : la « part énergie » du contrat d’électricité, c’est-à-dire le prix annuel moyen de l’électricité hors coûts d’acheminement de l’électricité dans le réseau (tarif réseau ou Turpe) et hors taxes. Cette « part énergie » est présente sur les contrats et propositions commerciales de la grande majorité des collectivités et entreprises : elle est exprimée en €/MWh ou en €/kWh.

Mais toutes les collectivités n’en bénéficieront pas. Seulement celles qui payent leur électricité plus de 180€/MWh (hors taxe et hors CSPE). Le gouvernement a donc entendu les critiques des associations d’élus qui trouvaient trop haut le précédent prix plancher de l’amortisseur (325 €/MWh).

Au delà de ce seuil de 180€/MWh, l’Etat prend en charge 50% du montant, et ce jusqu’à un prix plafond qui a été ramené « de 800 à 500/MWh, avec la même évolution d’assiette que précédemment », précise-t-on au ministère de la Transition énergétique.

20 à 25 % d'aide en moyenne

Ainsi, si une collectivité paye 350€/MWh, l’Etat prendra en charge 50% des 170 €/MWh au-delà du seuil de 180 €/MWh, soit 85 €/MWh. Ce qui correspond à un montant d’aide de 24%. Selon le ministère de la Transition énergétique, l’aide représentera en moyenne entre 20 et 25% du montant de la facture d’électricité. Un simulateur sera bientôt mis en ligne pour accompagner les collectivités, comme les entreprises.

Lire la suite sur le site de la Gazette des communes

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS

Nous vous recommandons

Contrat d’engagement républicain : de maigres résultats pour un usage très politique

Contrat d’engagement républicain : de maigres résultats pour un usage très politique

Un an après l’entrée en vigueur du Contrat d’engagement républicain (CER) introduit par la loi contre le « séparatisme » pour les associations et fondations bénéficiant de deniers publics, la colère gronde dans le monde...

Réforme des retraites : fronde des employeurs territoriaux contre la hausse des cotisations à la CNRACL

Réforme des retraites : fronde des employeurs territoriaux contre la hausse des cotisations à la CNRACL

Les prémices du futur « Plan Eau » dévoilées

Les prémices du futur « Plan Eau » dévoilées

Vers un modèle d’aménagement urbain plus inclusif pour les âgés

Vers un modèle d’aménagement urbain plus inclusif pour les âgés

Plus d'articles