Abonné

Comment favoriser le maintien du pastoralisme

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
Comment favoriser le maintien du pastoralisme

Photo 1 - Héliportage © Maison de la Transhumance

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

S’il contribue à l’entretien des milieux, le pastoralisme reste dépendant du soutien des collectivités : pour la transhumance, la vie dans les alpages, l’installation de jeunes, etc. Nos conseils pour favoriser cette pratique agricole.

Le pastoralisme subsiste tant bien que mal. Sous la pression des activités touristiques, ce mode d’élevage en pâturages naturels recule toutefois dans les zones d’accès difficile (Alpes, Pyrénées, Massif central, Cévennes…). Pour le maintenir, conserver les emplois liés et entretenir le paysage, les collectivités volontaristes doivent d’abord soutenir la transhumance, ces déplacements du bétail bovin et ovin de plaine en montagne au printemps et dans le sens inverse en automne. Le transport se fait en bétaillère. Parfois encore à pied : une tradition et un moment convivial.

Quand des riverains se plaignent, il faut parfois repréciser l’emplacement et l’antériorité des drailles (chemins pour les troupeaux), ceci auprès d’un notaire, d’anciens… ou du cadastre napoléonien. La communauté de communes Causses Aigoual Cévennes (CCCAC, Gard) a ainsi débroussé des drailles en 2018 et 2019. Chaque parcours doit être localisé en amont.

Cabanes et points d’eau. Les collectivités soutiennent[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS