Abonné

Comment engager une politique globale d’action sociale au sein de la collectivité

Comment engager une politique globale d’action sociale au sein de la collectivité

nuage-rapport-personnels-ccas-cias

© Inet/Unccas

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Les prestations accordées aux agents et à leurs familles permettent d’améliorer leurs conditions de vie et de travail. Les élus employeurs disposent d’une grande latitude pour agir dans ce domaine. Décryptage.

Près de quatre collectivités sur dix n’affectent qu’entre 0 et 1 % de leur masse salariale aux prestations d’action sociale. Et seulement 6 % y consacrent plus de 2 % ((Baromètre de l’action sociale 2018 dans les collectivités, réalisé par « La Gazette des communes » avec le Cnas.)). Rien d’étonnant dans le contexte budgétaire actuel. Mais peut-être est-ce un mauvais calcul : ces prestations participent à l’amélioration des conditions de travail et de vie des agents mais aussi à l’attractivité des collectivités. Quoi qu’il en soit, il appartient aux élus, en concertation avec les représentants du personnel, de définir le type d’aide qu’ils souhaitent proposer et les moyens financiers qu’ils veulent y consacrer.

Libre choix

La loi n’impose aucun socle minimal, ni ne dresse de liste de prestations. Celles-ci doivent seulement avoir une vocation sociale. Elles peuvent prendre la forme d’aides directes ou indirectes, collectives ou individuelles, et concerner l’enfance, les vacances, les repas, les transports,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS