Abonné

Comme un air de campagne

Aurélien Hélias
Comme un air de campagne

Affiche présentant le nouveau maire de Bordeaux, Nicolas Florian

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Récent successeur d’Alain Juppé et candidat déclaré à sa réélection, le nouveau maire de Bordeaux Nicolas Florian s’est offert une petite opération de communication pour asseoir sa notoriété. Dénonçant une amorce de campagne aux frais de la collectivité, l’opposition envisage un recours en justice.

Les faits

Debout sur la place devant la mairie, le sourire aux lèvres dans un rayon de soleil. C’est l’image de leur nouveau maire Nicolas Florian que les Bordelais ont pu admirer pendant deux semaines mi-avril, sur presque 200 panneaux de deux ou huit mètres carrés répartis dans la ville. Financé par le budget communication de la municipalité, l’opération visait à faire connaître celui qui a succédé en mars à Alain Juppé, et dont la notoriété est, il est vrai, plus modeste que celle de l’ancien ténor de la droite, nommé au Conseil constitutionnel en février. Croire en un acte désintéressé ? À un an des municipales, la ficelle a paru un peu grosse aux élus de l’opposition. D’autant que Nicolas Florian a prévenu, avant même d’endosser le costume d’édile : il ne se veut pas intérimaire et sera bien candidat à sa succession en 2020. Mais la période préélectorale, qui soumet les élus à des règles strictes en[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS