"Changeons d'énergies. Transition mode d'emploi"

Martine Kis

Sujets relatifs :

,

Le scénario négaWatt réduirait en 2050 nos besoins en ressources énergétiques primaires de 65% par rapport à aujourd'hui, assurent les auteurs de cet ouvrage, court et tonique.

"Nos gaspillages d'électricité sont tellement ordinaires et dissimulés que nous ne les voyons pas." Selon l'association négawatt, il ne s'agit pas simplement de faire la chasse au "gaspi", mais de changer nos modes de vie de façon à aller vers la transition énergétique. Cet ouvrage, court et tonique, se veut très pratique et illustratif. Il raconte donc de nombreuses histoires vécues, quotidiennes, qui montrent que le chemin ne mène pas vers une vie d'ascèse. Que faut-il ? Du bon sens, comme ne pas installer un distributeur de boissons glacées sous le soleil brûlant ni dans le vent froid, sans possibilité de l'arrêter. De la bonne technique, en isolant les bâtiments. De l'imagination, pour recourir aux énergies renouvelables de proximité, comme une chaufferie bois. De l'huile de coude, avec des locataires qui vont eux même faire le vois dont ils ont besoin ! De l'ingénierie financière innovante pour des investissements lourds et aux temps de retour long.

Pourquoi le faire?

Parce que le modèle énergétique dont nous héritons n'est plus viable. Pollueur, émetteur de gaz à effet de serre, cause de changement climatique. Pas besoin d'insister sur les problèmes des énergies fossiles. Mais l'énergie d'origine nucléaire ne rassure pas plus l'association négaWatt : risque d'accident, problème des déchets et coûts croissants corrélativement avec la prise de conscience des risques.

Que faire ?

Les énergies renouvelables sont une solution. Mais pas à n'importe quel prix. L'exemple du barrage des Trois-Gorges, en Chine, a provoqué l'immersion de 1 500 km² de vallée, le déplacement de dizaines de milliers de familles et la disparition d'espèces naturelles rares.

Il faut aussi consommer moins. L'association nous invite à nous interroger sur nos usages. Ainsi, à quoi sert un réfrigérateur très performant mais presque toujours vide ? Les ordinateurs dans les bureaux ont une durée de fonctionnement de 80 heures par semaine alors que la durée du travail est de 35 heures! Bref, pour tous les actes de la vie, il faudrait réfléchir en termes de sobriété énergétique, à opposer à l'"ébriété énergétique" à laquelle nous sommes habitués.

Dans quel ordre agir?

La démarche négaWatt repose sur une trilogie:

  1. Sobriété: d'abord donner la priorité aux besoins et services énergétiques essentiels
  2. Efficacité: privilégier les chaînes énergétiques efficaces de la source à l'usage
  3. Renouvelable: préférer toujours les énergies de flux aux énergies de stock

Pour y parvenir, l'association compte sur la "décentralisation des compétences juridiques et des moyens financiers, le droit à l'expérimentation, la promotion de nouveaux modes de gouvernance", en conduisant "à une coopération active entre collectivités voisines, depuis la commune jusqu'à la région". En effet, pour négaWatt, le centralisme français et l'un des freins majeurs qui ont empêché l'avancée de la France vers la transition énergétique.

Pour quels résultats?

Le scénario négaWatt réduirait en 2050 nos besoins en ressources énergétiques primaires de 65% par rapport à aujourd'hui. La sobriété et l’efficacité seuls permettraient de faire la moitié du chemin. Les énergies renouvelables fourniraient le reste. La gestion coordonnées des réseaux de gaz, d'électricité et de chaleur au niveau des territoires permettraient, d'ici 2050, de répondre aux exigences de l'équilibre du système électrique entre production et consommation.

Les émissions de CO² se réduiraient fortement pour être pratiquement nulles en 2050.

La production d'énergies renouvelables serait source d'emploi et de création de PME. La France serait aussi bien plus autonome en énergie, ce qui préserverait sa compétitivité.

Ne serait-ce pas utopique?

Pour l'association négaWatt, nous n'avons pas vraiment le choix. Cette utopie est notre horizon, alors que la poursuite du "toujours plus" est "complètement irréalistes".

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS