Abonné

Ces communes qui se démènent pour offrir une solution de garde aux personnels jugés prioritaires

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
Ces communes qui se démènent pour offrir une solution de garde aux personnels jugés prioritaires

AdobeStock_330521087 (1)

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Alors que la France entame sa quatrième semaine de confinement, de nombreuses collectivités se mobilisent pour accompagner les citoyens dont l’activité entre dans le plan de continuité d’activité (PCA). Avec la fermeture des écoles, c’est évidemment la garde de leurs enfants qui préoccupent ces femmes et ces hommes, au-delà même des soignants, obligés de travailler en dehors de la maison pour le bien de tous en pleine crise du Covid-19.

Dès le 13 mars, au lendemain de la prise de parole d’Emmanuel Macron et de l’annonce de la fermeture des écoles, le gouvernement et les différents ministères concernés ont édicté des fiches sur les modalités de garde des enfants des « personnels indispensables à la gestion de la crise sanitaire ». Priorité est alors donnée aux enfants de soignants et à ceux des personnels travaillant dans les centres médico-sociaux. Une semaine plus tard, les enfants des policiers, des gendarmes et des pompiers rentrent dans le dispositif… mais que faire des autres ? Ceux dont les parents policiers municipaux, gardien de prison ou encore employés au supermarché comme caissier ou caissière ?

« Solidarité et agilité territoriales »

Dans les territoires, en première ligne dans la lutte contre le Covid-19,[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS