Abonné

« Beaucoup de candidats croient encore que le travail social est une sorte de béni-oui-oui »

Hugo Soutra

Sujets relatifs :

, ,
« Beaucoup de candidats croient encore que le travail social est une sorte de béni-oui-oui »

Prévention de la radicalisation

© Adobe/sk-design

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Après presque deux ans d’attente, le gouvernement a publié la nouvelle stratégie nationale de prévention de la délinquance. Très axée sur la prévention primaire, elle met l'accent sur l’action socio-éducative en amont du passage à l'acte délinquant, notamment chez les plus jeunes. Anne-Marie Fauvet, la présidente du Comité national de liaison des acteurs de la prévention spécialisée (CNLAPS), répond aux questions que pourraient se poser les anciens et futurs adjoints en charge de la sécurité ou des affaires sociales.

La nouvelle stratégie nationale de prévention de la délinquance se présente en deux tomes. Le premier propose une quarantaine de mesures qui s’articulent autour de quatre axes majeurs : la prévention de la délinquance des mineurs (et notamment des actions socio-éducatives en direction des plus jeunes : les moins de 12 ans) ; la protection des victimes et des personnes vulnérables ; l’engagement de tous les citoyens dans la prévention de la délinquance et enfin la gouvernance territoriale de la mission. Contrairement aux recommandations du rapport Fauvergue-Thourot qui préconisait une recentralisation nationale de la prévention de la délinquance, le gouvernement a en effet fait le choix de continuité et de la[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS