Abonné

Assécher la soif locale du « binge drinking »

Nathalie Da Cruz

Sujets relatifs :

, ,
Assécher la soif locale du « binge drinking »

besancon photo E.Chatelain-ville besancon

© E. Chatelain / ville Besançon

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

En alliant prévention, soirées alternatives et interdiction de la vente d’alcool à emporter, les collectivités veulent endiguer le « binge drinking », ces parties de beuverie effrénée qui touchent certains jeunes.

Depuis plusieurs années, de plus en plus de jeunes s’adonnent à une alcoolisation intense et rapide sur le modèle britannique. Or, cette consommation excessive d’alcools forts sur une courte durée représente un danger pour eux-mêmes et pour autrui. Conflits, désordres sur la voie publique, comas éthyliques, jusqu’aux accidents mortels sont à déplorer.

A Bordeaux, une série de noyades de jeunes dans la Garonne, en 2011, a poussé la mairie à agir en mettant en place le programme « Festiv’attitude ».

Charte de la vie nocturne

Quelle réplique apporter ? Dès 2005, Rennes a ouvert le bal avec ses « Nuits des 4 Jeudis », des soirées sans alcool proposées le jeudi, qui est le grand soir des festivités étudiantes. Besançon a repris le concept en 2014. Ces soirées sont gratuites pour les jeunes, qui s’y voient offrir des boissons soft. Les programmes sont conçus avec les associations et les mutuelles étudiantes, notamment la Smerep, pour emporter l’adhésion des jeunes : soirée patinoire avec DJ, soirée jeux vidéo[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS