André Laignel devient premier vice-président délégué de l'Association des maires de France

L’adaptation de la gouvernance interne de l’AMF, dont la composition du bureau est paritaire (18 élus de droite et 18 de gauche), répond à la demande des élus de la majorité présidentielle, emmenés par le maire d’Issoudun (36).

L’Association des maires de France (AMF), présidée par Jacques Pélissard (UMP), a officialisé, le 20 novembre 2012, devant le 95e Congrès des maires, la création du poste de "premier vice-président délégué" attribué à André Laignel (PS), jusqu’alors secrétaire général de l’Association. Ce dernier poste échoit à André Rossinot, maire (Parti radical) de Nancy (54).

Conforter pluralisme et parité politique

Selon l'accord conclu au sein de l'AMF, l'unité de l'Association "nécessite de conforter le pluralisme et la parité politique dans toutes ses instances, mais aussi dans sa gestion quotidienne, qui doit être équilibrée pour être efficace. Cette gestion partagée passe par une gouvernance rénovée".

Le président de l'AMF et le premier vice-président délégué, "se rencontreront chaque semaine afin d'harmoniser les positions de l'AMF, les représentations importantes, les agendas et de prendre toutes décisions urgentes".

Le rôle des commissions, des groupes de travail et des maires référents sera renforcé dans la préparation des décisions du bureau exécutif de l’association.

Modification des scrutins à venir

Devant le Congrès des maires, Jacques Pélissard a aussi annoncé le lancement "d’une réflexion sur les modalités d’organisation de nos futurs scrutins". Des propositions devraient être soumises "au Congrès de 2013 pour une application en 2014", lors de l’élection de son successeur à la présidence de l’AMF.

Jacques Pélissard a cependant balisé le terrain de cette réflexion, en indiquant que le "principe intangible selon lequel il y a un maire, une voix" sera respecté.

X. Brivet

Recevez vos newsletters gratuitement

FORMATIONS