Abonné

A quand des indemnités liées à la charge réelle de travail des élus locaux ?

Aurélien Hélias

Sujets relatifs :

, ,
2 commentaires

2 commentaires

Jean-Henri COUËDEL - 19/06/2019 16h:50

C'est un vrai scandale … On demande au Français de faire des efforts et on n'est pas capable de limiter voire de réduire les indemnités des élus non imposable de surcroît avec des avantages comme véhicule, remboursement de frais de repas … A quand arrêterons-nous, maîtriserons-nous cette dépense !!!

Répondre au commentaire | Signaler un abus

gedel91 - 19/08/2020 18h:13

Cher monsieur, avant de vouloir maîtriser cette dépense, peut-être devriez-vous maîtriser un peu mieux notre langue : On demande AUX Français... ...indemnités des élus non IMPOSABLES... QUAND arrêterons-nous... Bien à vous.

Répondre au commentaire | Signaler un abus

A quand des indemnités liées à la charge réelle de travail des élus locaux ?

Marianne présente aux débats

© Fotolia

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

Quasi bénévoles dans les petites communes, les maires pourraient voir leur rétribution relevée, à hauteur de leur engagement. Et la grille des indemnités, qui fait la part belle aux grands exécutifs locaux, rééquilibrée

C'est un épisode qui résume à lui seul les manques du statut de l'élu en matière d'indemnités comme le caractère très sensible du sujet. Alors « simple » sénatrice, Jacqueline Gourault avait fait voter en mars 2015 un texte, cosigné par Jean-Pierre Sueur, facilitant l'exercice, par les élus locaux, de leurs mandats. La loi fixait alors de droit l'indemnité des maires au taux maximal, concédant seulement aux conseils municipaux des communes d'au moins mille habitants de prévoir une indemnité plus faible par délibération et à la demande du maire. Objectif alors affiché : ne plus faire reposer sur les seules épaules du premier magistrat le fait de « s'octroyer » dès la prise du mandat une indemnité au taux maximal. Patatras : devant la gêne récurrente de nombreux maires ruraux ne souhaitant pas débuter ainsi leur mandat, le législateur faisait machine arrière dix-huit mois plus tard, étendant la faculté de minorer l'indemnité du premier magistrat quelle que soit la population.

Logique de bénévolat

« Des élus[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS