Abonné

A Marseille, les automobilistes bravent la zone à faibles émissions

A Marseille, les automobilistes bravent la zone à faibles émissions

© Adobe / N. Perrier

Pour lire l'intégralité de cet article, testez gratuitement

le Courrier des Maires - édition Abonné

La zone à faibles émissions (ZFE) est discrètement entrée en vigueur à Marseille le 1er septembre. Rares sont toutefois les automobilistes à se plier à la règle. Le maire (divers gauche) Benoît Payan n’hésite pas à dénoncer une mesure « socialement injuste » dans une ville sous dotée en transports en commun.

La zone à faibles émissions à Marseille ? Même le maire (DVG) Benoit Payan n’y croit pas… « C’est très bien, il faut l’accompagner, mais, objectivement, j’ai des doutes », avoue l’édile dans un grand entretien accordé à la Marseille les 4 et 5 septembre, quelques jours après la mise en œuvre de cette mesure. Instaurées dans le cadre de la loi Climat et résilience d'août 2021, les Zones à faibles émissions mobilité (ZFE-m) deviendront obligatoires le 31 décembre 2024 pour toutes les agglomérations de plus de 150 000 habitants. A Marseille, selon le calendrier établi par la Métropole, les véhicules Crit'air 5, soit 2 % du parc automobile, sont depuis le 1er septembre interdits dans la ZFE, un périmètre qui s'étend sur 19,5 km² et concerne 340 000 personnes. Dans un an, au 1er septembre 2023, ce sera au tour des Crit'air 4 d'être bannis. Les Crit'air 3 passeront à la trappe au 1er septembre 2024.

« Une mise en[…]

Pour lire la totalité de cet article, abonnez-vous

Déjà abonné ?

Mot de passe perdu

Pas encore abonné ?

Besoin d’aide pour vous connecter ?

Contactez-nous au +33 1 79 06 70 00 (du lundi au vendredi de 8h30 à 17h30)
ou à l’adresse suivante : abonnement@groupemoniteur.fr

FORMATIONS

Nous vous recommandons

Transports publics : moins d’usagers mais plus de dépenses contraintes

Transports publics : moins d’usagers mais plus de dépenses contraintes

Selon l’enquête réalisée par l’Observatoire des mobilités, l’utilisation des transports collectifs peine à retrouver son niveau d’avant la crise sanitaire. Certains usagers ont en effet opté pour l’autosolisme pendant la...

Franchises et succursales : comment les petites villes relèvent la tête

Franchises et succursales : comment les petites villes relèvent la tête

La voie vers une mobilité propre est encore semée d’obstacles

La voie vers une mobilité propre est encore semée d’obstacles

[Edito] Commerce : l'heure des grandes manœuvres

[Edito] Commerce : l'heure des grandes manœuvres

Plus d'articles