publicité

 

Réagir
Lutte contre le changement climatique 21/10/2021

Les collectivités invitées par le « Shift Project » à faire plus pour décarboner leurs administrations

par Aurélien Hélias
Gaz à effet de serre et décarbonation © Adobe stock

Dans la foulée de son rapport sur la transition écologique dédié aux collectivités, le think-tank présidé par Jean-Marc Jancovici persiste et signe : les administrations publiques locales pourraient bien davantage décarboner leur organisation et leur action. Politique d’investissement, formation et statut des fonctionnaires territoriaux, conditionnalité des subventions, flotte automobile… le « Shift Project » multiplie les pistes à destination des collectivités locales.

L’affaire est entendue : pour le « Shift Project », il y a au moins 5,9 millions de bonnes raisons de se pencher plus spécifiquement sur la décarbonation des administrations publiques. 5,9 millions comme le nombre d’agents publics en France, dont 1,9 millions dans les collectivités locales. « Il y a un devoir d’exemplarité », insiste Jean-Guillaume Bretenoux, chef de projet Administration publique au « Shift Project », ce think-tank de Jean-Marc Jancovici qui s’est donné comme mot d’ordre de « libérer l’économie de la contrainte carbone » issue des activités émettrices de gaz à effets de serre responsables du réchauffement climatique. « Si l’administration se décarbone, elle sera plus légitime pour mener celle de toute la société, mais sera aussi plus efficace parce qu’elle aura elle-même expérimenté la décarbonation », développe l’ingénieur en chef des ponts, des eaux et des forêts ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous