publicité

 

Réagir
Elections 16/09/2021

Face à une abstention massive, les mesures techniques ne suffiront pas

par Emilie Denètre
Des isoloirs dans un bureau de vote © Adobe stock/Yves

Venus témoigner à l'Assemblée nationale devant une mission d’information « visant à identifier les ressorts de l’abstention et les mesures permettant de renforcer la participation électorale », trois laboratoires d'idées ont dressé le portrait d’une démocratie représentative en panne. Aux yeux de leurs membres, les trois chercheurs Gérard Grunberg, Jérémie Peltier et Dominique Reynié, les seules mesures techniques, tel que le vote par correspondance, ne permettront pas de faire remonter la participation électorale.

Chacun avec leurs mots, Dominique Reynié, Jérémie Peltier et Gérard Grunberg ont fait peu ou prou le même constat. Ces trois observateurs avisés de la vie politique sont d'abord revenus sur les profonds ressorts qui ont conduit, selon eux, à l’abstention massive des élections de juin 2021, vécue comme un choc pour une partie de la classe politique. Eux ne semblent pas avoir été véritablement surpris que 66% des Français ne se soient pas déplacés pour aller voter lors des élections départementales et régionales des 20 et 27 juin dernier.

Décrochage démocratique et Amazonéïsation de la société 

Dominique Reynié, le directeur général de la Fondation pour l’innovation politique (Fondapol), est le premier à évoquer une « crise de la procéd ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Réagissez à cet article

  1. Ah enfin un article qui donne la parole non plus à des élus qui vivent dans un autre monde mais au vulgum pecus qui comprend les problèmes actuels.

    En effet, sans un changement de paradigme de la part des élus, point de salut… le Peuple ne se rendra pas aux urnes car le malaise est plus profond: pourquoi voter étant donné que quel que soit le candidat retenu, rien ne changera?

  2. Le problème n’est pas technique. C’est le comportement des élus nationaux qui dégoutte les administrés.
    Suppression des contre pouvoir du Sénat dont les amendements sont systématiquement remis en cause et du parlement avec une large majorité de godillots).
    Un président totalitariste qui n’écoute que sa personne, qui ne prends nullement en compte qu’il représente moins de 20% des Français et l’on voudrait que les électeurs aient confiance en l’avenir…

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous