publicité

 

Réagir
Mobilités durables 07/09/2021

Le lobby des piétons est en marche

par Olivier Schneid
Piétons © Adobe stock / Dmytro

Présentés le 7 septembre, les résultats du premier baromètre des villes marchables, sur le modèle de celui des villes cyclables, révèlent une demande des piétons de pouvoir circuler sur des trottoirs «sanctuarisés ». Et mettent en avant des conflits d’usage, non seulement avec les véhicules motorisés, mais aussi avec les vélos et trottinettes. Le palmarès et ses enseignements.

L’objectif est clairement affiché : « Être davantage pris en compte dans les politiques publiques, territoriales et nationales ». Autrement formulé, constituer un lobby, capable de peser sur les décisions. « Les automobilistes ont su s’organiser, les cyclistes aussi, souligne Denis Cheminade, chargé de mission à la Fédération française de randonnée (FFRandonnée). Notre ambition est de devenir nous aussi des interlocuteurs écoutés de l’Etat et des collectivités. » C’était déjà, à la veille des élections départementales et régionales de juin 2021, le sens de la tribune écrite à l’attention des futurs élus . La publication, mardi 7 septembre, du Désormais cet article est accessible aux abonnés ayant souscrit

Réagissez à cet article

  1. A la lecture de ce texte, je souris!

    Mon constat est simple.
    Tout d’abord les collectivités multiplient les passages protégés pour les piétons (si on continue, toute la chaussée sera peinte pour cela) et nombreux sont ces derniers qui évitent de les utiliser peut-être par peur de dégrader la peinture au sol.

    Sauf erreur de ma part, la loi indique qu’un piéton doit utiliser un passage protégé dès lors qu’il est distant de moins de 50 m de l’endroit où il se trouve. Un passage protégé tous les 100 m devrait donc suffire pour assurer la sécurité des piétons qui, bien entendu vont systématiquement les utiliser.

    Je rappelle enfin que bien qu’ils soient prioritaires (mais seulement quand ils utilisent les passages protégés ou que ce dernier est à plus de 100 m), les piétons ont l’obligation de s’assurer qu’ils peuvent traverser en toute sécurité. En effet, un automobiliste n’est pas obligé de laisser le passage s’il constate un danger immédiat pour le dit piéton.

    Enfin, je m’interroge sur la définition de piéton. Souvent des personnes déambulent sur le trottoir, voire sur la chaussée sans rien regarder tellement ils sont accaparés par leur téléphone portable. Peut-on dire qu’il s’agit de piétons?

    Bien sûr, comme tout un chacun je suis également un piéton et je rage quand je constate qu’un véhicule ne respecte la loi. mais je sais que je suis également responsable de ma sécurité et j’évite de traverser sans regarder et sans changer brusquement de direction. Il va de soi que j’utilise les passages protégés!

  2. Hermès,
    je pense que vous êtes d’une « certaine génération », celle qui suivait l’instruction civique à l’école, celle à qui les parents apprenaient à dire bonjour Madame, bonjour Monsieur, au revoir, merci, à regarder à gauche, à droite puis une dernière fois à gauche (le côté où la voiture est la plus proche), avant de traverser une rue, toujours dans un passage pour piéton. Malheureusement, aujourd’hui ce n’est plus cela, depuis qu’un certain ministre des transports De Robien a « décrété » que tout piéton était prioritaire sur tout et que, depuis, tous les autres ministres veulent pourrir la vie des automobilistes en les accusant d’être responsable de tout accident et bien depuis, les piétons se permettent de traverser où bon leur semble, sans aucune prudence, les yeux rivés sur leur téléphone et les écouteurs dans les oreilles.
    Et attendez de voir quand les « radars piétons » seront installés, tout automobiliste qui ne s’arrêtera pas s’il pressent qu’un piéton semble vouloir traverser, clic clac, merci Kodak, vous serez bon pour une amende et des points en moins et nul ne s’interrogera pour savoir si le piéton a respecté de la couleur du petit bonhomme.
    Tout cela est d’une navrance absolue.

  3. Pour ma part chacun doit respecter l’autre. Le piéton ne traverse pas en téléphonant mais en regardant de chaque côté avant de s’engager. Autant les autos doivent s’arrêter lorsqu’un piéton est sur le passage piéton, autant le piéton ne doit pas se jeter sur la chaussée, car il est difficile de l’éviter. On a perdu tout bon sens

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous