publicité

 

Réagir
Pour ou Contre 30/08/2021

Faut-il taxer les livraisons à domicile de produits achetés sur internet ?

par Hugo Soutra
Livraison en ville © Adobe/Robert Kneschke

L’idée d’imposer les livraisons de produits commercialisés par Amazon ou d’autres multinationales du e-commerce revient régulièrement sur la table. Certains régulateurs ambitionnent de taxer indirectement ces plateformes pour améliorer la compétitivité des petits commerces, dissuader les consommateurs d’avoir recours à ce service polluant, revitaliser les centres-villes ou financer les transports collectifs. Ni les maires ni les parlementaires qui portent une telle ambition n’ont su se faire entendre, pour l’heure, des libéraux arguant de la nécessité de développer le e-commerce et préserver le pouvoir d’achat des Français. Du reste, les modalités d’une telle taxe font encore âprement débat.

Et l’idée de taxer les géants du numérique, de manière directe ou détournée, refit surface… ! Le 8 juin d’abord, lorsque les sénateurs votèrent la proposition de loi Darcos visant à conforter l’économie du livre. Un texte qui prévoit que le service de livraison d’un livre commandé sur internet et livré à domicile soit facturé. Le 14 juin ensuite, lors d’un débat au Palais du Luxembourg sur la revitalisation des centres-villes : le sénateur (LR) du Cher, Rémy Pointereau, remit sur la table l’épineuse question de la concurrence déloyale des plateformes du e-commerce à travers le service de livraisons à prix cassé voire totalement gratuites qu’elles proposent à leurs clients Re- ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous