publicité

 

Réagir
Gestion de crise 19/07/2021

Au Nord, déjà des sinistrés du changement climatique

par Sophie Helouard
L'alternance pluies - épisodes de sécheresse altère la stabilité des sols argileux de la région et occasionne d'importantes fissures des fondations. © Catnat HDF

Entre 3 000 et 4 000 maisons fissurées par les sécheresses successives : dans les départements du Nord et du Pas-de-Calais (Hauts-de-France), certains propriétaires font déjà les frais du réchauffement climatique. Récit, alors que cette actualité fait écho au vote définitif par l'Assemblée nationale et le Sénat du projet de loi "Climat et résilience".

Des lézardes dans les façades, des fenêtres qui refusent de s’ouvrir, des plafonds fissurés : à Aix-Noulette, certains habitants vivent un véritable cauchemar. « Le phénomène a débuté de façon insidieuse il y a deux ans, raconte une habitante. J’avais l’impression que le sol du salon n’était pas droit. Quand j’ai voulu refaire les tapisseries, je me suis aperçue en enlevant l’ancien papier que les murs étaient fissurés. Puis, les plinthes en carrelage ont commencé à se désolidariser du mur... » Des témoignages de ce genre, il y en a pléthore dans le Nord et le Pas-de-Calais. En cause ? Le retrait-gonflement des sols argileux. « Le bâti n’aime pas les variations hygrométriques. Or, dans la région, les maisons sont construites sur des sols argileux qui se gorgent d’eau lorsqu’il pleut puis qui se rétractent en période de sécheresse, confirme Nicolas Ramalho, directeur du cabinet d’expertise ETB Nord. L’alternance dessiccation-réhydratat ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous