publicité

 

Réagir
Périurbain 10/05/2021

Métropoles : quand les petites et grandes couronnes deviennent reines

par Hugo Soutra
Vue aérienne de Senlis (Oise)

Alors que la crise sanitaire confirme l’attractivité des périphéries des grandes villes, plusieurs élus métropolitains veulent en profiter pour tirer les leçons de la crise des Gilets Jaunes ayant précédé la pandémie. Soucieux de se réconcilier avec leurs marges, ils se penchent sur l’organisation de la vie quotidienne comme du travail. Objectif : favoriser la démobilité et améliorer les conditions de vie des citadins, au-delà des seuls habitants des villes-centres.

Cet article fait partie du dossier:

L’aménagement du territoire bousculé par la crise sanitaire

voir le sommaire
Les premières et secondes couronnes des métropoles, déjà particulièrement dynamiques avant la crise sanitaire, sont aujourd’hui l’objet de toutes les attentions. « S’il se confirme que la forte pression résidentielle au cœur des grandes villes se relâche effectivement, nous devrons être au rendez-vous pour que cela n’alimente pas l’étalement urbain » prévient la vice-présidente à l’urbanisme du Grand Lyon, Béatrice Vessiller. « Le desserrement du marché immobilier au-delà des seules villes-centres aura des effets évidents sur les trajets domicile-travail, les conditions de circulation ou la fréquentation des transports en commun » avertit à son tour le sénateur du « 9-3 » et ancien maire des Pavillons-sous-Bois, Philippe Dallier.

Des territoires périurbains hétérogènes 

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Sommaire du dossier

26 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité