publicité

 

Réagir
10/05/2021

Les défis de l’ambitieux Zéro artificialisation nette

par David Picot
Ruralité, Bourgogne © Flickr-CC-abac077

Objectif 2050 pour le "Zéro artificialisation nette" (ZAN). Inscrit dans le projet de loi « Climat et résilience », adopté à l'Assemblée et que le Sénat examine à son tour cette semaine, le déploiement ce principe se heurte pourtant à une absence de définition et de modèle économique. Décryptage à la lumière des difficultés rencontrées sur le terrain par les élus pour mettre en œuvre ce "ZAN".

Trois lettres pour une révolution à venir de l’aménagement du territoire à la française… ZAN. Né du Plan biodiversité de 2018, le concept de zéro artificialisation nette a été repris par la Convention citoyenne pour le climat puis dans le projet de loi « Climat et résilience ». Ce texte fixe un cap à 2050, pour « atteindre l’objectif d’absence de toute artificialisation nette des sols ». En attendant ? La notion mérite d’être définie… Y compris le terme artificialisation considéré en 2019, comme « difficile à cerner » et « polymorphe », selon France Stratégie. Pour le ministère de la transition écologique, cette notion vise « à transformer un sol naturel, agricole ou forestier, par des opérations d’aménagement pouvant entraîner une imperméabilisation partielle ou totale, afin de les affecter notamment à des fonctions urbaines ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous