publicité

 

Réagir
Régionales 2021 - Entretien 19/05/2021

« Les grandes régions ? De nouveaux colosses qui ont toujours des pieds d’argile ! »

par Aurélien Hélias
Romain Pasquier, chercheur au CNRS et à Sciences Po Rennes © J. Sevrette / Qndia

A un mois des élections régionales, quel bilan ont à offrir les régions depuis que la loi « Notre » a renforcé leurs compétences et que plusieurs ont fusionné entre elles au début du mandat écoulé ? Spécialiste du fait régional, le chercheur au CNRS et à Sciences Po Rennes Romain Pasquier dresse un bilan mitigé de leur action...

Cet article fait partie du dossier:

Régionales et départementales, le double scrutin de 2021

voir le sommaire

Quel bilan faites-vous de l’action des régions pour ce premier mandat après la réforme de la carte régionale et la loi « Notre » ?

Elles ont été à la hauteur de ce qu’elles sont : des institutions relativement peu puissantes en France. On pourrait reprendre à leur endroit la formule du prince de Lampedusa : « Il faut que tout change pour que rien ne change »… Les régions ont vu leurs capacités financières très légèrement augmenter en une dizaine d’années et elles ne représentent que 16 % de la dépense publique locale et 3 % de la dépense publique totale. Elargir leur taille foncière n’en a pas fait des Länder allemands, car même le budget des nouvelles grandes régions rapporté à leurs habitants n’a pas augmenté. Les régions ont certes embrassé de nouveaux champs d’action - développement économique, transition écologique, nouvelles mobilités -, mais l’effet levier, la capacité à transformer la trajectoire de leur territoire ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Sommaire du dossier

58 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous