publicité

 

Réagir
Crise sanitaire 31/03/2021

Emmanuel Macron impose trois semaines de fermeture des crèches et écoles à partir du 6 avril

par Aurélien Hélias
Emmanuel Macron le 31 mars 2021 © @Elysee

Crèches et écoles sont fermées trois semaines à partir de mardi 6 avril, les collèges et lycées y ajouteront une quatrième semaine de cours à distance. Le régime de couvre-feu et de restrictions de déplacements en vigueur dans 19 départements depuis 12 jours est étendu dès samedi à l'ensemble de l'Hexagone. Les contrôles seront renforcés mais les déplacements interrégionaux permis jusqu'au 5 avril.

Face à la « course de vitesse » que le pays mène contre l’épidémie, le chef de l’Etat a tranché : « nous allons fermer les crèches, les écoles les collèges et les lycées durant trois semaines ». Une fermeture qui débutera la semaine prochaine à partir du 6 avril, lendemain du lundi de Pâques férié. Conséquence : « le calendrier scolaire sera adapté : la semaine prochaine, les cours se feront à la maison. Les deux semaines suivantes, la France entière sera placée en vacances de printemps » dans tout le pays, sans différenciation de zones scolaires.

« La rentrée aura donc lieu pour tous le 26 avril, pour les maternelles et primaires en classe, à distance pour les collèges et lycées », a-t-il précisé. Une semaine de cours à distance est ajoutée pour les collégiens et les lycéens. Le seul moyen de « freiner le virus », s’est justifié le chef de l’Etat.

Tout l’Hexagone sous couvre-feu et restrictions de déplacement

Autre annonce d’importance : « les règles en vigueur dans les 19 départements [actuellement en confinement, ndlr] seront étendues à tout le territoire métropolitain dès ce samedi soir et pour quatre semaines », une mesure qui ne concerne pas nos territoires d’outre-mer. Car « plus aucune région métropolitaine n’est aujourd’hui épargnée » en métropole, a justifié Emmanuel Macron. Ainsi, le couvre-feu à 19h sera généralisé à tout l’Hexagone, « le télétravail sera systématisé », a-t-il indiqué sans plus de précision.

« Nos citoyens qui veulent s’isoler pourront le faire durant ce week-end de Pâques », a consenti le chef de l’Etat. Mais, en même temps, « les contrôles, les sanctions seront renforcés pour limiter les rassemblements », a prévenu le président de la République, reprenant un avertissement déjà émis par l’exécutif le 24 mars. Et de viser les « consommations d’alcool » aperçues lors de rassemblements festifs récemment observés à Lille et dans le Rhône.

Les attestations ne seront nécessaires que pour les déplacements au-delà de 10 kilomètres. Et Emmanuel Macron de conjurer les Français d’« éviter les rassemblements privés, les fêtes avec la famille, les proches ».

La parole à Jean Castex jeudi

C’est désormais au Premier ministre de prendre le relais. D’abord au Parlement, où il prendra successivement la parole à l’Assemblée nationale le matin puis au Sénat l’après-midi, pour un débat « sur l’évolution de la situation sanitaire et les mesures nécessaires pour y répondre ». Ce débat sera dans chaque chambre suivi d’un vote mais celui-ci n’engagera pas la responsabilité du Gouvernement comme le prévoit l’article 50-1 de la Constitution. 

Réagissez à cet article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous