publicité

 

Réagir
Mandat 02/04/2021

« La formation des élus permet d’accélérer le renouvellement du personnel politique »

par Hugo Soutra
Pierre Camus, sociologue, spécialiste de la formation des élus © T. Louapre / Divergence pour le Courrier

Un an après la remise d’un rapport de l’IGA-IGAS explosif, l’ordonnance du 20 janvier 2021 est venue réformer la formation des élus locaux. Craignant un recours devant le Conseil d’Etat, le gouvernement a tout de même préféré inscrire le texte à l’ordre du jour du Parlement avant de procéder officiellement à sa ratification. Doctorant en sociologie spécialiste de ce si discret marché de la formation aux élus locaux et lui-même adjoint d’une ville moyenne de Loire-Atlantique, Pierre Camus pointe les apports du texte gouvernemental… et ses manques.

Pierre Camus a longtemps exercé des activités de collaborateur politique en parallèle de ses études en sciences politiques et en sociologie, avant de devenir adjoint (PCF) au maire de Couëron en 2020. Constatant par lui-même que le « métier d’élu » ne s’apprenait pas tant dans des formations suivies au lendemain des élections que dans le cadre d’un parcours professionnel ou militant antérieur, puis tout au long du mandat au contact quotidien des entourages politiques et de l’administration, il se mit à préparer une thèse sociohistorique sur la formation aux élus locaux qu'il soutiendra d'ici la fin de l'année. Cela fait maintenant plus de quatre ans que Pierre Camus explore les angles morts de ce marché, ses dérives, la régulation de plus de 200 organismes par l’Etat ou plutôt son absence d’encadrement de tout temps, mais aussi l’ ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous