publicité

 

Réagir
Crise sanitaire 26/03/2021

Vaccinations contre le Covid : des maires s’affranchissent du calendrier gouvernemental

par Nathalie Perrier
Le 1er centre de vaccination ou "vaccinodrome" dans le Palais des Festivals de Cannes © Claude Almodovar/La Gazette

Alors que depuis plusieurs semaines les élus pointent du doigt la lenteur de la campagne vaccinale et réclament plus de concertation avec les territoires, les maires de Cannes et Antibes, David Lisnard et Jean Leonetti, ont décidé de faire fi du calendrier gouvernemental et d’ouvrir dès maintenant la vaccination aux plus de 50 ans. Ce qui n'a pas été du goût du ministre de la Santé...

Alors que la pandémie de Covid 19 ne cesse de flamber, deux élus des Alpes-Martimes  ont décidé de prendre les devants… quitte à froisser le gouvernement. A Cannes, le maire LR David Lisnard, qui depuis des mois fustige l’inertie du gouvernement, n’a pas attendu le feu vert de l’exécutif pour programmer la vaccination des personnes de plus de 50 ans, y compris sans signe de comorbidité. Depuis ce jeudi 25 mars, à Cannes, celles-ci peuvent prendre rendez-vous en vue d’une première injection.

Dans la foulée, ce vendredi 26 mars, son voisin, le maire LR d’Antibes, Jean Leonetti, a annoncé sur France Inter qu’il allait lui aussi passer outre le calendrier gouvernemental. « On a fini de vacciner les volontaires de plus de 75 ans aussi bien à Cannes qu’à Antibes, donc on passe à la tranche inférieure », a-t-il expliqué.

La contre-attaque d’Olivier Véran

Pourtant, selon le calendrier gouvernemental qui tient compte des doses à priori disponibles, les plus de 50 ans sans signe de comorbidité ne devraient se faire vacciner à partir de mi-mai. A ce jour, pour rappel, seuls les plus de 75 ans peuvent se faire vacciner et ce seuil va être abaissé à 70 ans à partir de ce samedi 27 mars. C’est donc peu dire que la décision du maire de Cannes, le premier à avoir ouvert le feu, a suscité l’ire du gouvernement.

Lire aussi : L’Etat va déployer des « vaccinodromes » dans tout le pays

 

Dès jeudi soir, lors de la conférence de presse hebdomadaire dédiée à l’évolution de l’épidémie, Olivier Véran n’a pas manqué de réagir : « Je ne qualifierai pas la décision du maire de Cannes, je regrette qu’il l’ait fait de manière autonome sans alerter ni la direction générale de l’ARS ni même le préfet, ni même les soignants qui sont mobilisés pour vacciner à Cannes et partout ailleurs en France ». Réponse immédiate du maire cannois sur twitter : « Je suis étonné qu’Olivier Véran polémique et déjuge le président qui demande de vacciner matin, midi et soir ».

Lire la suite sur le site de la Gazette des communes

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous