publicité

 

Réagir
Document 02/02/2021

Qui sont les 17 000 communes françaises de moins de 500 habitants ?

par La rédaction
Carte de France © Adobe Stock

Elles représentent la moitié des communes de l'Hexagone mais à peine un tiers du territoire et seulement 6 % de la population. Et leurs profils, notamment financiers, apparaissent très variés, révèle la dernière étude "Bis" effectuée par la Direction générale des collectivités locales (DGCL).

C’est avec un prisme financier que la Direction générale des collectivités locales (DGCL) s’est penchée sur les petites communes de France peuplées de moins de 500 habitants, « très présentes dans la diagonale qui va de l’est de la France aux Pyrénées en passant par le Massif central, et aussi en zone de montagne », rappelle la DGCL.

« Un premier groupe rassemble 11 % des communes, qui investissent beaucoup grâce à une épargne brute confortable, tout en contrôlant leur endettement. Elles sont plus petites que la moyenne, et surreprésentées parmi les communes touristiques ou de montagne », observe la DGCL.

Le deuxième groupe s’avère beaucoup plus restreint (2 % des communes) et rassemble des communes « investisseuses-emprunteuses », à savoir qui investissent beaucoup « mais ponctuellement, ce qui entraîne une situation apparemment dégradée de leur endettement, mais qui ne dure pas. Leurs habitants ont des revenus plus élevés que ceux des autres groupes », détaillent Guillaume Leforestier et Xavier Niel, du département études et statistiques locales de la DGCL.

Près d’une petite commune sur cinq en difficulté financière

Un troisième groupe (18 %) « comporte, en revanche, des communes plus en difficulté, qui investissent beaucoup, mais sans avoir l’épargne nécessaire pour le financer, et qui se trouvent de ce fait plus longtemps dans une situation délicate d’endettement. Leur taille moyenne est plus élevée que celle des autres groupes », poursuivent les auteurs.

Enfin, le quatrième groupe rassemble la grande majorité des communes, soir sept sur dix, qui ne présentent pas de difficultés particulières au point de vue budgétaire et financier. « C’est parmi ces dernières qu’on trouve les communes qui ont fusionné ces dernières années », décrypte la DGCL.

Les plus petites communes ne sont pas les plus faibles financièrement

A noter que ce ne sont pas les plus petites communes, celles de moins de 100 habitants, qui apparaissent les plus en difficulté. Ces communes de quelques dizaines d’âmes « ont les plus fortes dépenses par habitant, mais ce sont aussi celles qui dégagent la plus forte épargne brute par habitant, qui investissent plus, tout en maintenant une meilleure situation d’endettement que les plus grandes communes », notent les auteurs.

Consultez la note de la DGCL sur les communes de moins de 500 habitants

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous