publicité

 

Réagir
Sécurité numérique 21/01/2021

Collectivités « hameçonnées » et rançonnées : communiquer ou se taire ?

par Emilie Denètre
Phishing, hameçonnage, rançongiciel © Adobe Stock

La ville et l’agglomération d’Angers ont subi le week-end dernier une vaste attaque informatique qui a paralysé jusqu’en début de semaine de nombreux services de la commune. Si la cité angevine a fait le choix de communiquer rapidement sur ce raid, d’autres collectivités préfèrent se taire et payer la « rançon » pour récupérer leurs données.

La première attaque a eu lieu vendredi soir vers 23h30 lorsque le compte Twitter du maire, Christophe Béchu (sans étiquette), est piraté. Une main tatouée remplace alors sa photo de profil. On pense à un simple usurpateur. Mais dans la nuit, c’est au tour du système informatique de la ville d’Angers et de la métropole d’être pris pour cible. Dès le samedi matin, certains agents rencontrent des problèmes avec leurs badges pour entrer dans la mairie, les sites internet tournent au ralenti et il devient rapidement impossible pour les agents d’écrire des mails ou d’en recevoir. Bon nombre de services municipaux sont alors paralysés comme les bibliothèques.

Des attaques en hausse !

Face à l’ampleur de l’attaque, la ville fait le choix de communiquer publiquement sur la situation. Dans un tweet, la mairie annonce être « victime d’une attaque au rançongiciel » comme l’ont été avant elle La Rochelle, Aix, Marseille, Vincennes Désormais cet article est accessible aux abonnés ayant souscrit

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous