publicité

 

Réagir
Développement territorial 22/12/2020

La saison 2020-2021, un « test grandeur nature » pour la diversification des stations de ski

par Emilie Denètre
Station de ski, risque d'avalanche © Flickr-CC-J.Shlabotnik

La crise sanitaire a contraint le gouvernement à fermer administrativement les remontées mécaniques dans les stations de sports d’hiver. Au grand dam des élus et des professionnels du ski, pour qui les vacances de fin d'année se révèlent particulièrement rentables. Ces stations s’engagent à marche forcée dans une diversification de leurs activités qui pourrait les transformer durablement dans l’avenir. Marc Langenbach, chercheur à l'université Grenoble-Alpes et spécialiste de la géographie du tourisme en montagne, revient sur les enjeux.

A-t-on une idée de l’impact que pourrait avoir la fermeture des remontées mécaniques pendant ces vacances de Noël sur les stations de montagne et leur écosystème économique ?

Marc Langenbach : On a coutume de dire que les vacances de Noël représentent entre 25 et 30% du chiffre d’affaires annuel des sociétés de remontées mécaniques. Mais hormis ces équipements nécessaires pour le ski alpin qui sont à l’arrêt, il faut noter que les stations accueillent les touristes qui avaient réservé ou ceux qui possèdent une résidence secondaire dans le village. Les hôtels sont ouverts, les restaurants font du « drive », et les activités, autres que le ski de descente, sont autorisées. D’ailleurs, les fabricants de raquettes se frottent les mains car la demande est en train d’exploser en ce moment… Donc on ne peut pas dire que l’économie globale des stations est à l’arrêt ! Et puis par ailleurs, on peu ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous