publicité

 

Réagir
Crise sanitaire 03/12/2020

Stratégie de vaccination Covid-19 : l’exécutif veut impliquer les collectivités locales

par Aurélien Hélias
Vaccin contre le Covid-19 © Adobe

En présentant jeudi 3 décembre la stratégie nationale de vaccination, Jean Castex a insisté sur la nécessaire "proximité", l'implication de la médecine de ville et des collectivités locales. Les déserts médicaux ne seront pas oubliés, promet l'exécutif, qui prévoit également d'associer la société civile au suivi de la vaccination via un conseil citoyen.

Les associations d’élus l’avaient réclamé d’abord lors de la conférence de presse de l’AMF puis par un courrier commun, paraphé de l’AMF, l’ADF et Région de France, adressé au ministère de la Santé : les collectivités devaient nécessairement être associées à la campagne de vaccination. En présentant jeudi 3 décembre cette stratégie lors d’une conférence de presse, Jean Castex semble avoir accédé à cette demande, prônant « sécurité, transparence et proximité » comme les trois piliers de la stratégie sanitaire nationale. « Les collectivités territoriales seront également partie prenantes, tant à l’élaboration de cette stratégie qu’uax modalités de son déploiement », a-t-il assuré.

Cette vaccination, gratuite et non obligatoire, se fera en plusieurs étapes : d’abord les seniors hébergés en Ehpad (un million) en janvier, puis en février pour les autres personnes âgées ou fragiles du fait de leurs pathologies (14 millions), puis au printemps pour l’ensemble de la population.

Autre signal envoyé à destination des acteurs public locaux : le conseil d’orientation de la stratégie vaccinale placé auprès du ministre de la Santé afin « d’appuyer le gouvernement » dans ses décisions et présidé par l’immunologue Alain Fischer, comportera « des représentants des différentes parties prenantes : experts scientifiques, professionnels de santé, représentant des collectivités, associations de patients et citoyens », a précisé Jean Castex. Par ailleurs, le ministre de la Santé Olivier Véran assure être « en lien avec les représentants des collectivités locales pour les associer à toutes les étapes et les modalités pratiques de la campagne de vaccination ».

La médecine de ville associée, les déserts médicaux pris en compte

Enfin, afin d’optimiser le nombre de Français vaccinés, le gouvernement mise sur une stratégie où la médecine de ville, « le médecin généraliste et particulièrement le médecin traitant », seraient particulièrement mobilisés. « Nous allons nous appuyer fortement sur les médecins de notre pays », a assuré Olivier Véran, se référant aux médecins généralistes.

Pas question non plus que les déserts médicaux pâtissent durant cette campagne de vaccination de leur faible nombre de professionnels de santé, assuré le ministre : « Nous avons prévu une organisation logistique et stratégique qui permettre de couvrir tous les Ehpads en métropole et en outre-mer, nous n’avons pas à séquencer les choses. L’ensemble du territoire doit être couvert », promet-t-il.

Quant à l’étape suivante, celle impliquant la médecine de ville, « si nous devons aider les personnes âgées, nous avons déjà reçu des propositions d’aide des collectivités, comme les régions », détaille-t-il. L’approvisionnement en vaccin sera par ailleurs « territorialisé, au prorata des populations à vacciner. On sait faire cela », assure Olivier Véran.

L’œil d’un « Conseil citoyen » organisé par le Cese

Par ailleurs, un Conseil citoyen aura voix au chapitre sur la stratégie de vaccination. Selon quelles modalités ? « J’ai pris attache avec le Conseil économique, social et environnemental. Nous sommes en train de bâtir avec lui procédure par laquelle ce conseil citoyen serait associé au déploiement de la stratégie vaccinale », a esquissé Jean Castex. A charge pour le Cese d’organiser « l’association de la société civile et des citoyens à la conception et au suive de notre stratégie ».

A noter que la stratégie vaccinale sera présentée en décembre au Parlement « par souci de transparence » a précisé le Premier ministre. Une présentation qui se fera « dans le cadre d’un débat prévu par l’article 50-1 de la Constitution », qui pourra être conclu d’un vote qui n’engagera toutefois pas la responsabilité du Gouvernement.

 

Les préconisations de l’exécutif pour les fêtes de fin d’année

Matignon comme l’Elysée avait à plusieurs reprises prévenu que Noel ne pourrait être fêté comme les années précédentes, précisant toutefois que le couvre-feu prévu à partir du 15 décembre ne concernerait pas le réveillon de Noel du 24 ni celui du nouvel an le 31.  Ne pouvant s’en tenir qu’aux recommandations, le gouvernement préconise une « jauge de six adultes, sans compter les enfants » à tables pour ces fêtes de fin d’année. 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous