publicité

 

Réagir
sécurité locale 30/12/2020

Les polices municipales à la croisée des chemins

par Clément Pouré
police municipale armement © sarcelles.fr

Parce qu’elles doivent pallier le manque de moyens des forces régaliennes de l’Etat déployées sur le terrain, les polices municipales voient progressivement leurs missions se transformer. Au risque de s’éloigner de leur rôle initial de police du quotidien.

Cet article fait partie du dossier:

Sécurité locale : le big bang !

voir le sommaire
Cent nouveaux policiers municipaux fin 2020, et un doublement des effectifs à l’horizon 2026 : à Marseille, la nouvelle équipe dirigeante (PS-EELV-LFI) ne lésine pas sur les moyens pour bâtir sa « police municipale du quotidien. » C’est que la ville doit rattraper son retard : elle ne compte qu’un policier pour près de 2 000 habitants, trois fois moins qu’à Nice par exemple. Une disparité territoriale quantifiable : « Quand on rapporte les chiffres au nombre d’habitants, il y a dix fois moins de policiers nationaux dans les Bouches-du-Rhône qu’à Paris. A Marseille, c’est pire encore ! C’est 350 policiers nationaux qu’il faudrait réaffecter en urgence sur la voie publique » pointe Yannick Ohanessian, adjoint à la tranquillité publique, à la prévention et à la sécurité. « Par voie de conséquence, la police nationale se décharge de plus en plus souvent sur la municipalité, engendrant des difficultés opérationnelles majeures » se plaint l ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Sommaire du dossier

22 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous