publicité

 

Réagir
Politique de la ville 23/11/2020

Un « Conseil national des solutions » pour s’assurer que France relance irrigue les banlieues

par La rédaction
Banlieues © Adobe

Reçus en visio-conférence par Jean Castex, les initiateurs de l'Appel du 14 novembre en faveur des quartiers populaires ont obtenu une réponse favorable à la première de leur demande : la sanctuarisation d'1 % du plan de relance en faveur de leurs communes. Un Conseil national des solutions est instauré pour s'assurer que ce milliard d'euros bénéficiera bien aux habitants de ces territoires.

Un milliard d’euros, soit 1 % du plan de relance, seront « fléchés » vers les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) : c’est l’assurance qu’on obtenu les 180 maires signataires de « l’Appel du 14 novembre » qui le demandaient.

A la demande d’Emmanuel Macron, qui était destinataire de cette lettre ouverte, le Premier ministre a réuni les initiateurs de ce mouvement en visio-conférence, le 23 novembre, pour le leur annoncer, en présence d’Elisabeth Borne, Jacqueline Gourault, Emmanuelle Wargon et Nadia Hai, respectivement ministres du Travail, de la jeunesse et des sports, de la Cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales, du Logement, et de la Ville. « L’égalité républicaine est au cœur des politiques menées par le gouvernement, assure le Premier ministre. La crise sanitaire ne doit pas nous écarter de nos objectifs : j’ai entendu les attentes des élus des quartiers prioritaires de la politique de la ville. L’État est et sera au rendez-vous. »

Un complément au Conseil national des villes

Pour autant, assure Gilles Leproust, maire d’Allonnes et secrétaire général de Ville et Banlieue, l’un des neuf élus présents, « tout reste à faire pour que ce milliard retombe concrètement sur le terrain ». Le gouvernement annonce l’organisation de groupes de travail en ce sens, mais réfute l’utilité de créer le Conseil national des solutions proposé par les élus. « Il estime que l’existence du Conseil national des villes (CNV) suffit, mais ce n’est pas le même chose », pointe Hélène Geoffroy, maire de Vaulx-en-Velin qui, en tant que secrétaire d’Etat à la ville avait participé à la constitution du CNV. « Le Conseil national des solutions vise à suivre finement la manière dont les politiques publiques sont mises en œuvre à l’échelle des communes, des départements… », précise-t-elle.

Un binôme d’élus par thème

Très mobilisés, les signataires de l’Appel du 14 novembre annoncent qu’ils vont donc malgré tout mettre en place cette instance. Composée de maires et de responsables associatifs volontaires, celle-ci se réunira pour la première fois le 14 décembre, à Roubaix.

Lire la suite sur le site de la Gazette des communes

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous