publicité

 

Réagir
Régionales et départementales 12/11/2020

Elections 2021 : les voix se multiplient en faveur du vote par correspondance

par Aurélien Hélias
Vote élection © Adobe

Sénateurs, députés, présidents de conseils départementaux, de conseils régionaux… le vote par correspondance est porté par un nombre croissant de responsables politiques, y voyant un antidote à la nouvelle abstention record qui pourrait toucher les futures élections départementales et régionales. De quoi convaincre l’exécutif ?...

Jean-Louis Debré le préconisera-t-il dans le rapport qu’il doit rendre vendredi à Jean Castex sur le probable report des élections régionales et départementales ? Le vote par correspondance est de nouveau sous les projecteurs, à mesure que la crainte d’une nouvelle abstention massive à l’occasion de ce double-scrutin en pleine crise sanitaire gagne les esprits. L’idée a germé au Sénat la semaine dernière quand la majorité LR a tenté d’imposer l’idée à l’exécutif via un amendement (depuis repoussé à l’Assemblée en  lecture définitive) au projet de loi autorisant la prorogation de l’état d’urgence sanitaire. Celui-ci prévoyait l’instauration d’un vote par correspondance avec de multiples garde-fous pour ne pas effrayer les sceptiques sur ce mode d’élection : enveloppe d’identification, copie de la pièce d ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Réagissez à cet article

  1. Je suis toujours étonné quand on propose dans la précipitation la mise en place de nouvelles mesures.
    Etre favorable au vote par correspondance (qui existait d’ailleurs jusqu’au milieu des années 1970) n’est certainement pas la bonne mesure pour inciter le citoyen à revenir vers les urnes.

    Avant d’évoquer cette solution, il serait sage de réaliser une analyse allant un peu plus loin que le bout de son nez.
    Je suis en effet convaincu que le Peuple ne se rend plus aux urnes car il n’a plus confiance dans les élus et dans les mesures qu’ils proposent. Voilà maintenant quarante ans que les élus mettent en place des mesures… qui n’aboutissent pas: le chômage ne diminue pas, le RSA explose, les comptes sociaux sont dans le rouge, la sécurité est en berne…

    La solution passe donc par un réveil des élus qui d’abord doivent s’interroger sur leur rôle, leurs missions et leurs devoirs, tout en se rapprochant du Peuple.
    Est-il normal que le total des indemnités des élus soient plafonnées à plus de 8.400 € pas annuels, non mensuels? Si je suis favorable au cumul des mandats, je ne suis pas favorable au cumul des indemnités!
    Est-il normal que dans certaines collectivités les taux de taxes foncières se rapprochent de 100 % pour la TFFN et de 200 % pour la TFFNB?
    Est-il normal que d’un côté les élus sollicitent le maintien de la taxe d’habitation pour être proche du Peuple et en même temps que plus de 50 % de la population ne la payent pas et ceci bien avant M. Macron?

    J’ai encore pas mal de question pour lesquelles comme on le dit, la réponse est dans la question… Mais quand les élus décideront ils de mettre un terme à ces anomalies?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous