publicité

 

Réagir
Gestion de crise 16/12/2020

Et la rave party illégale vira au cauchemar…

par David Picot
Rave party à Basse-Goulaine (44) © ville de Basse-Goulaine

Mi-septembre 2020, plus de 2 000 personnes ont investi en quelques minutes et en toute illégalité des champs, à Basse-Goulaine (44), pour y organiser une rave party. La commune ? Elle a surtout subi…

L’avant-veille, la préfecture avait pris un arrêté « portant interdiction temporaire de rassemblements festifs à caractère musical dans le département ». Puis un autre proscrivant « la circulation des poids lourds de plus de 3,5 tonnes, transportant du matériel de son ». Rien n’y a fait, pas plus que la circulation active du Covid-19 sur le territoire... Alors que la soirée de ce vendredi 11 septembre est déjà bien avancée, des centaines de véhicules investissent des champs proches de l’échangeur du pont de Bellevue. Précisément sur la commune cossue de Basse-Goulaine. Le maire, Alain Vey arrive sur les lieux à 1 h 30 du matin. La rave party est lancée. Elle durera tout le week-end, en présence de 2 000 « teufeurs ». Sur place, se souvient l’édile, « les gendarmes me font rapidement comprendre qu’une évacuation n’est pas envisageable ». Une première raison est juridique : « il était impossible d’évacuer ce rassemblement qui s’est déroul ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous