publicité

 

Réagir
Marchés publics 24/09/2020

Fusion Suez-Veolia : les réponses contradictoires des grands patrons face aux élus locaux inquiets

par Isabelle Jarjaille
robinet, eau potable © Adobe

Auditionnés mercredi 23 septembre par les députés, les dirigeants de Suez et Veolia ont exposé des argumentaires contradictoires, pour tenter de répondre à la question que se pose les élus locaux : cette fusion risque-t-elle de coûter cher aux collectivités territoriales, notamment sur le marché de l’eau et de l’assainissement ? Et quid des risques pour l’emploi local ?...

« Nous sommes là pour être le porte-parole des collectivités territoriales. Quelle sera la capacité de ce nouvel acteur pour investir sur les réseaux ? Y aura-t-il atteinte à la concurrence ? » D’emblée, Jean-René Cazeneuve, député LREM du Gers et président de la délégation à la décentralisation, a fait part de ses inquiétudes dans une salle bondée de l’Assemblée nationale où les députés étaient avides d’entendre les grands patrons de Suez et Veolia. Le président de Suez, Philippe Varin, et son directeur général, Bernard Camus, ont ouvert les auditions. Puis, ont succédé le président de Veolia, Antoine Frérot, et celui de Meridiam, le fonds d'investissements pressenti pour récupérer l'activité eau de Suez, dans l'offre publique d'achat lancée par Veolia vers son concurrent. Pour Bertrand Camus, directeur général de Suez, la réponse est sans ambiguïté sur le qualité des investissements en cas de fusion : « Meridiam est une société de ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous