publicité

 

Réagir
Décentralisation 15/09/2020

Différenciation et couple maire-préfet ont la cote

par Aurélien Hélias
Préfet et maire © Adobe

Loué par l’exécutif et les élus, le binôme sort renforcé de la crise. Mais cet apparent consensus cache le tropisme de l’exécutif pour la déconcentration, au détriment d’une décentralisation réduite aux expérimentations locales.

Cet article fait partie du dossier:

Réinventons nos politiques publiques locales

voir le sommaire
Voici une formule qui avait marqué les esprits : « Tout ne peut être décidé si souvent à Paris », déclarait Emmanuel Macron le 14 juin lors de son allocution télévisée. Du pain bénit pour les associations d’élus qui toutes réclament davantage de « libertés locales », de la « subsidiarité » souhaitée par les maires ruraux au « droit de dérogation aux normes » plaidé par Villes de France en passant par la demande de France urbaine d’un « nouvel acte fort d’autonomie des territoires »…. Et toutes avaient en tête le projet de loi « 3D » (décentralisation, différenciation, déconcentration), promis par l’exécutif en début d’année et sur lequel la ministre de la Cohésion des territoires, Jacqueline Gourault, avait débuté des concertations régionales avant leur interruption par la crise. Or, si les deux premiers « D » ont tenu une bonne place dans les discussions engagées entre l’Elysée et les associations d’élus, c’est manifest ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Sommaire du dossier

22 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous