publicité

 

Réagir
Lutte contre le changement climatique 30/06/2020

Convention climat : les conséquences pour les collectivités des annonces d’Emmanuel Macron

par La rédaction
ccc3 © @Conv_citoyenne

Le président de la République a indiqué lundi 29 juin sa volonté de reprendre la quasi-intégralité des propositions faites par la Convention climat… Ce qui aura des conséquences sur les politiques d’urbanisme - avec un possible moratoire sur de nouveaux centres commerciaux en périphérie des villes - ou de rénovation des bâtiments. Les associations d'élus locaux seront consultées.

Action. Réaction. Au lendemain d’une vague électorale qui a montré l’intérêt des électeurs pour l’environnement, la rencontre d’Emmanuel Macron et des 150 membres de la Convention citoyenne sur le climat tombait à pic. Lundi 29 juin, le président de la République a écouté les doléances des Français tirés au sort et promis de reprendre « la totalité [de leurs] propositions à l’exceptions de trois d’entre elles ».

Exit la taxe sur les dividendes envisagée pour financer la transition écologique. Exit la réécriture du préambule Constitution qui « telle que proposée menace de placer la protection de l’environnement au-dessus des libertés publiques ». Exit enfin le débat sur les 110 km/h qui risquerait de cliver la société et de faire que « des mois de travail s’abîment dans une polémique ».

Moratoire sur les centres commerciaux périphériques ?

Les 146 autres propositions seront pour les unes « abordées lors d’un prochain Conseil de défense écologique d’ici fin juillet », pour les autres « intégrées au plan de relance qui sera économique, écologique et social, transmis au parlement d’ici la fin de l’été ». Ou retranscrites dans un projet de loi spécifique lui aussi présenté à la fin de la période estivale. Les nouveaux maires devraient avoir leur mot à dire. Emmanuel Macron a relevé que plusieurs mesures envisagées dépendaient des collectivités : de l’augmentation du nombre de parkings relais à l’interdiction des véhicules polluants dans les centres villes en passant par l’instauration de clauses environnementales dans les marchés publics. Les associations d’élus locaux seront réunies « pour discuter de l’ensemble de ces propositions et de leur mise en œuvre ».

Pas question pour autant de remettre tout à plat. Sur la gestion des paysages et de l’aménagement par exemple, les citoyens tirés au sort ont fixé les grands objectifs : une division par deux des surfaces urbanisables, une sanctuarisation des espaces agricoles, le développement de la ville sur la ville en facilitant la reconversion des friches… Et plus globalement la fin d’une tendance qui a conduit à l’étalement continu. C’est « un modèle dont nos concitoyens veulent sortir », estime le président de la République, semblant tourner le dos aux projets d’aménagement parfois démesurés. « Un moratoire sur les nouvelles zones commerciales en périphérie des villes ? Allons-y », a-t-il déclaré à l’évocation d’une proposition de longue date.

Lire la suite sur le site de la Gazette des communes

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous