publicité

 

Réagir
Sécurité 09/06/2020

La police de proximité, remède aux violences policières ?

par Nathalie Perrier
Police municipale © Flickr-CC-JLZimmermann

Alors que le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, a annoncé lundi soir une série de mesures pour lutter contre les violences policières et le racisme au sein de la police nationale, plusieurs voix s'élèvent pour réclamer la mise en place d'une véritable police de proximité. Objectif : améliorer les relations entre la police et la population.

Cet article fait partie du dossier:

Sécurité locale : le big bang !

voir le sommaire

Les manifestations contre le racisme policier qui ont enflammées la planète la semaine dernière ont obligé le gouvernement français à sortir de son silence. Lundi soir, lors d’une conférence de presse place Bauveau, Christophe Castaner, le ministre de l’Intérieur, a exigé une « tolérance zéro » contre le racisme dans les forces de l’ordre et annoncé une série de mesures dont la fin de la méthode d’interpellation dite de « l’étranglement ».  Tout au long du week-end dernier, le président Emmanuel Macron avait consulté plusieurs interlocuteurs (élus, associatifs, membres de la société civile, etc.) pour prendre le pouls de la société. Il avait également discuté avec le Premier ministre Edouard Philippe, le ministre chargé de la Ville et du Logement, Julien Denormandie et le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner pour les pousser à se saisir du sujet.

Le décès le 25 mai de Georges Floyd, aux Etats-Unis, a ravivé en France la colère de tous ceux qui, affaire après affaire, dénoncent les violences et le racisme policier. Exceptionnelle, la mobilisation remet sur la table la question des relations police/population, thématique chère aux élus locaux.

Tensions croissantes

Depuis plusieurs années, les violences policières ne cessent d’augmenter. En 2019, la police des polices s’est vu confier 1 460 enquêtes judiciaires, dont plus de la moitié visent des accusations de « violences » des forces de l’ordre, un chiffre en hausse de 23,7% par rapport à 2018. « On constate partout en France une tension croissante des rapports entre la police et la population qui nuit à la qualité de vie des habitants mais aussi aux conditions de travail des policiers », déplore Elizabeth Johnston, déléguée générale du Forum Français pour la sécurité urbaine (FFSU), qui défend l’idée d’une « police au service de la population, et non une police uniquement de maintien de l’ordre ». Une proposition largement promu dans le Livre blanc pour la sécurité des territoires, lancé par le Forum à l’été 2019.

Lire la suite sur le site de la Gazette des communes

Sommaire du dossier

16 articles Lire le 1er article

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous