publicité

 

Réagir
Gestion de crise 28/04/2020

« Se préparer sur les petites crises, ça permet de préparer les grands chocs »

par Hugo Soutra
Plan de Communication de Gestion de Crise © Olivier Le Moal - Fotolia

La gestion de la crise sanitaire de Covid-19 révèle au grand jour les injonctions contradictoires qui pèsent sur les collectivités, selon Magali Reghezza-Zitt, maître de conférences en géographie à l’Ecole normale supérieure (ENS). Directrice du Centre de formation sur l’environnement et la société, cette spécialiste des risques naturels analyse pour le Courrier des Maires l’impréparation d’un certain nombre d’acteurs publics, nationaux comme locaux. Soucieuse d'opérer une montée en gamme et être davantage prêt à l’avenir en cas d’épidémie, d’inondations ou d’accidents industriels, elle refuse d'opposer centralisme et décentralisation.

Quel regard portez-vous sur la mobilisation des collectivités dans le cadre de cette pandémie ?

L’échelon communal a une fois de plus prouvé son utilité. De nombreuses solutions ont pu être trouvées au niveau local pour les personnes handicapées, les plus vulnérables, les plus pauvres. La continuité des services sociaux et l’invention  de dispositifs d’urgence a permis d’éviter le pire, l’effondrement de certains territoires populaires où l’on constate déjà une surmortalité ainsi qu’une rupture de la continuité pédagogique… Pour autant, la mobilisation des collectivités est assez peu reconnue par l’Etat. La gestion de crise reste un exercice très normé, en France. Dès lors que la crise déborde l’échelon local, le préfet prend le relais du maire. Et lorsq ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous