publicité

 

Réagir
éclairage public 17/04/2020

Extinction des lumières la nuit : faire primer les usages avant tout

par Clémence Villedieu
Rond-point éclairé, éclairage public

Procéder à l’extinction partielle ou totale de l’éclairage public la nuit s’impose peu à peu dans les esprits, dans la législation et sur le terrain. En plein confinement, l'Association pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN) plaide même pour une extinction avancée le soir. Objectifs : réduire les nuisances et faire des économies d’énergie. Mais passer de la lumière à la nuit impose d’informer, de consulter et d’accompagner les habitants usagers.

Il y quelques jours, l'Association nationale pour la protection du ciel et de l’environnement nocturnes (ANPCEN) invitait les maires à avancer l'heure d'extinction de l'éclairage public. La raison ? "En cette période de confinement de la population et d’interdiction de circulations et rassemblements, maintenir des éclairages extérieurs identiques aux périodes de pleine activité parait inadapté. Si les éclairages extérieurs constituent un aménagement essentiel pour la population, la période de confinement actuelle en rend une grande partie ou leur durée d’éclairement,  inutiles", juge l'association. Qui invite ainsi tout à chacun à écrire à son édile pour réclamer, via une lettre type, une extinction dès 21, 22 ou au pire 23 h.  Au-delà de cette situation conjoncturelle, éteindre les éclairages la nuit ne s'improvise pas et nécessite d'impliquer la population ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous