publicité

 

Réagir
cycle électoral 17/12/2019

Les investissements publics locaux créent en moyenne 20 000 emplois en année pré-électorale

par Emilie Denètre
Investissement local © Flickr-CC-ImagesMoney

L’Insee a mesuré l’impact du cycle électoral sur les investissements publics et les effets induits dans le secteur de la construction notamment. Selon les statisticiens, près de 20 000 emplois sont créés en moyenne dans ce secteur les années qui précèdent les élections municipales.

Alors que l’investissement public local représente aujourd’hui la majorité des investissements publics réalisés en France (entre 55 et 58 % selon les années), sa variation dans le temps – notamment au cours du cycle électoral – mérite d’être décortiquée et ses impacts concrets sur l’économie mesurés à trois mois des municipales 2020.

9% de hausse des investissements l’année précédant le scrutin

Traditionnellement, l’année (voire les deux années) qui précède les élections municipales est celle où l’investissement public local, porté par les Apul (administrations publiques locales), est au plus haut. Sur les cinq derniers cycles électoraux analysés par l’Insee, la croissance moyenne des investissements en année pré-électorale atteindrait en effet +9%.

À l’inverse, les années qui suivent les scrutins connaissent habituellement un fléchissement de cette dynamique, que l’Insee a mesuré à -2%. Les années 2018 et 2019, années pré-électorales, n’ont pas dérogé à la règle du cycle avec des investissements en hausse de respectivement + 8,6% et + 6%.

Bâtiment et travaux publics au cœur des investissements publics

Traditionnellement, ce sont les secteurs du bâtiment et des travaux publics qui bénéficient de ces investissements accrus des Apul avant les élections municipales.

Ainsi selon les chiffres avancés par l’Insee, « en moyenne, entre un an et un an et demi avant le scrutin, le cycle électoral contribue jusqu’à 2 points de pourcentage au glissement annuel de la production dans la construction. À l’approche des élections, cette contribution diminue progressivement pour devenir négative un trimestre après le scrutin ».

En 2019, soutenue par les investissements locaux, la production dans le secteur de la construction a effectivement crû de + 2,3% en rythme annuel, dont 1,4 point serait directement attribuable au cycle électoral. Début 2020, les statisticiens prévoient un ralentissement de la production dans ce secteur, avec une croissance estimée à seulement +1,2% au deuxième trimestre.

 

+ 20 000 emplois créés dans le bâtiment

Ces investissements publics pré-électoraux influencent aussi naturellement l’emploi salarié au sein des secteurs de la construction. Ainsi, selon l’Insee, on peut estimer qu’en moyenne, près de 20 000 emplois sont créés dans les différentes branches de la construction (bâtiment, génie civile, travaux spécialisés) les années qui précèdent un scrutin municipal. Le point culminant se situerait environ trois trimestres avant le vote, avant de décroître à mesure que la date se rapproche.

 

En 2019, l’Insee estime que les investissements publics liés au cycle électoral ont permis la création de 17 000 emplois dans la construction, ce qui représente près de la moitié des créations d’emplois dans le secteur. En revanche, l’effet « cycle électoral » sur la création d’emplois dans le secteur devrait redevenir nul dès le second trimestre de l’année 2020.

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous