publicité

 

Réagir
Technologies civiques 10/12/2019

Civic tech et démocratie : encore un long chemin et beaucoup d’écueils…

par Emilie Denètre
Civic tech, démocratie numérique © Adobe

Le Conseil économique, social et environnemental (Cese) accueillait le 9 décembre un débat sur les Civic Tech, ces outils numériques, qui doivent permettre de renforcer le lien démocratique en créant plus de transparence de l’État et en assurant davantage de participation citoyenne. Initiées par la Cnil, les discussions entre chercheurs, techniciens et entrepreneurs du secteur ont mis en lumière le long chemin qu’il reste à parcourir pour que ces outils deviennent réellement vertueuses et revivifient pleinement la démocratie représentative.

Et si les Civic Tech conduisaient à une prise de pouvoir par les plateformes ? Et si le sens du bien commun disparaissait au profit des lois des « Gafam »((Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft)) ? Et si le pouvoir suprême revenait à n’importe qui par le jeu du tirage au sort ? Selon Catherine Dufour, ingénieure informaticienne et auteure de Science-Fiction, ces scénarios « catastrophistes » sont légion dans les romans qui imaginent notre futur, où les Civic Tech apparaissent donc le plus souvent « comme un serpent venimeux ». Une représentation littéraire qui révèle donc en creux les craintes de notre société face à ces nouveaux outils technologiques. Et si la question initiale posée le 9 décembre au Cese, devenu ces derniers mois le nouvel espace de la participation citoyenne,  « Les Civic Tech bousculent-elles vraiment notre démocratie ? » reste en suspens, la soirée a néanmoins permis de mettre en lumière les écueils – parfois évi ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous