publicité

 

Réagir
Accessibilité des services 15/10/2019

De la station-essence aux services de santé, Sornac se substitue au privé

par Frédéric Pigot
Sornac

"Le Courrier des maires" a choisi de s'associer à la 5e édition de « La France des solutions », du 14 au 20 octobre 2019. Une initiative portée par Reporters d’espoirs. Aujourd'hui : Sornac, un village de Corrèze où la municipalisation s’est imposée comme un passage obligé. Cet ancien chef-lieu de canton cherche, coûte que coûte, à préserver son tissu commercial... et sa démographie.

En mettant en avant des initiatives constructives, porteuses d’espoirs et de solutions concrètes, « Le Courrier des maires » s’associe, du 14 au 20 octobre 2019, à la 5e édition de « La France des solutions », initiée par Reporters d’espoirs. Aujourd’hui : Sornac, 847 habitants, en Corrèze.

Contexte

Située à 10 km de La Courtine (Creuse) et 20 km d’Ussel et Meymac (Corrèze), Sornac fait face à l’attractivité commerciale de ces trois bourgs-centres. Le maire, Jean-François Loge, et son équipe, sont sur le qui-vive : depuis leur élection à la tête de la commune en 2008, ils ferraillent pour maintenir leur tissu économique.

Pourquoi

D’emblée, ils se trouvent confrontés à la cessation d’activité du propriétaire de l’unique station-service de la commune, incapable d’en supporter la mise aux normes, très contraignante, au centre du village. Les élus sont alors persuadés que, s’ils ne peuvent plus faire le plein de carburant, les véhicules déserteront le bourg. De quoi faire plonger l’activité du commerce local. Branle-bas de combat : un repreneur potentiel est détecté. Mais le dossier traîne, avant d’être abandonné. Finalement, Sornac se lance dans la municipalisation. En périphérie du village, une parcelle fera l’affaire pour installer une station-service communale en libre service.

Financement

La commune investit 180 000 € dans cet équipement. Depuis 2009, le volume annuel de carburant commercialisé par la station-service est passé de 150 à 700 m3. Soit un camion complet tous les 15 à 20 jours. Du coup, quand les prix augmentent, Sornac arrive à être moins cher que le supermarché le plus proche, livré quotidiennement. Le personnel de l’agence postale communale en assure la gestion en régie municipale. En 2018, pour 603 089 litres au total, les dépenses de fonctionnement se sont élevées à 29 775 €. La marge de 0,05 € HT par litre a permis d’équilibrer ce service.

Démarche

Auparavant, c’est sur le départ à la retraite du boucher charcutier que les élus ont planché. Et c’est finalement par le bouche-à-oreille qu’un successeur a été trouvé pendant que la commune investissait 280 000 € dans l’achat et l’aménagement d’un bâtiment situé sur la place du village. Aujourd’hui, les loyers remboursent l’emprunt.
Démarche similaire pour retrouver un garagiste : moyennant un modeste loyer, l’heureux élu s’est installé dans un local communal de plus de 1 000 msitué en face de la station-service.

En 2017, après avoir mis gracieusement un logement à sa disposition pour maintenir une présence médicale sur le territoire, la médecin roumaine repart. La mairie se tourne alors vers Millesoins dont le réseau de professionnels de santé – médecins, infirmiers, kinésithérapeutes – rayonne sur cinq communes et y propose plusieurs consultations médicales par semaine. La commune met gratuitement un bâtiment à disposition du réseau.

Perspectives

Quant à la pharmacie locale, la mairie l’héberge dans un local qui avait été donné à la collectivité par un administré. Mais le bâtiment doit être remis en état et ne correspond plus aux normes de stationnement et d’accessibilité. La mairie a saisi l’opportunité d’en acquérir un autre pour 30 000 €, avant de le rénover. 250 000 € d’investissements y sont programmés avec le soutien du département (20 K€), de la communauté de communes (6,5 K€) et de la dotation d’équipement des territoires ruraux (89, 27 K€) À moyen terme, les élus s’attendent à devoir se remobiliser pour sauver leurs épicerie et boulangerie épicerie qui vont se libérer du fait de départs à la retraite. 

Délégation de stations-service

170 000 €, c’est un minimum pour s’offrir une station-service. Dans l’Aisne, les mairies d’Etréaupont, Crépy et Buironfosse n’ont rien déboursé et n’ont pas eu à créer de régie municipale. Comme 11 autres collectivités, elles se sont laissées séduire par l’offre Clid Express qui ne nécessite qu’un trafic de 3 000 véhicules/jour, la mise à disposition d’un terrain via un bail emphytéotique et, parfois, des travaux de voirie. Ces stations sont gérées par un investisseur privé qui s’occupe de l’approvisionnement et la société Gestinor en assure l’installation et la maintenance.

 

« On a dépensé là où on n’avait pas le choix »

Jean-François Loge, maire de Sornac

« L’enjeu n’est pas de faire un bénéfice, mais de sauver le commerce local. L’activité communale et la vie du village en dépendent. Si l’on a pu maintenir la population depuis dix ans c’est grâce à cette démarche. Dans les années 1970, le conseil municipal avait acquis une exploitation agricole puis une seconde par la suite. Grâce à ce patrimoine foncier, la commune a pu saisir les opportunités : création de lotissements, d’une maison de retraite, d’une zone artisanale…. Elle est aussi parvenue à attirer la Fondation Jacques Chirac pour l’installation d’une maison d’accueil spécialisée, d’un établissement et services d’aide par le travail et d’une maison de retraite. Sornac, c’est aujourd’hui près de 250 emplois dans le sanitaire et social. »

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous