publicité

 

Réagir
démocratie participative 08/10/2019

Tirer au sort des citoyens : une solution… qui pose tellement de questions !

par Emilie Denètre
Cese convention pour le climat

Alors que la première Convention citoyenne pour le climat s’est réunie le week-end dernier pour sa première session de travail, une conférence était organisée à Sciences Po Paris le 7 octobre sur la question du tirage au sort dans une société démocratique. Un mode de gouvernance que l'exécutif aimerait justement institutionnaliser avec la révision constitutionnelle. Mais si l’idée paraît novatrice, elle semble néanmoins poser autant de questions qu’elle en résout.

Ils sont 150 à avoir été tirés au sort sur des listings téléphoniques. 52% de femmes, 48% d’hommes : des agriculteurs, des CSP+, des chômeurs, des retraités, des urbains, des ruraux… Ceux qui, selon les mots de Patrick Bernasconi, le président du Conseil Économique, Social et Environnemental (Cese), représentent une « mini-France » ont désormais la lourde mission d’établir la marche à suivre pour afin que la France parvienne à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 40% d’ici 2030. Pour ce faire, ils plancheront six week-end d’affilée, chapeautés par un comité de gouvernance composés d’experts et de juristes. L’exercice est inédit en France et marque un tournant dans la volonté gouvernementale de renouveler la démocratie représentative en y insufflant de la participation.

Institutionnalisation et limites de la réforme

Empêtré dans la crise des gilets jaunes et dans les questions liées au pouvoir d’achat, le gouvernemen ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous