publicité

 

Réagir
Agriculture 23/10/2019

Les Safer, défenseurs des agriculteurs… au service des élus

par Bertrand Verfaillie
ruralité agriculture © Flickr-CC-L.Legay

En 2018, les sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural (Safer) ont revendu 38 900 hectares à quelque 1 600 jeunes agriculteurs. Elles ont aussi contribué, auprès des collectivités, à plus de 900 opérations de développement local, pour l’implantation de logements, d’équipements, de commerces et d’infrastructures. Environ 13 900 communes sont couvertes par leur service de veille foncière.

«Les Safer sont le siège de la démocratie foncière ! ». Pour Emmanuel Hyest, président de la fédération nationale des « sociétés d’aménagement foncier et d’établissement rural » (FNSafer), pas de doute : ces structures créées au mitan des Trente Glorieuses ont contribué à un aménagement « apaisé » du territoire français. De fait, si les Safer ne peuvent régler tous les conflits ou prévenir toutes les dérives, elles jouissent d’une réputation de sages du monde périurbain et rural. C’est qu’elles réussissent, bon an mal an, à concilier la défense des intérêts des agriculteurs et le service aux collectivités. « La protection du foncier agricole n’est pas une démarche corporatiste, c’est un enjeu pour la société tout entière, dit encore Emmanuel Hyest. Il y va de l’autonomie alimentaire du pays mais aussi de la préservation de sa ressource en eau et de la limitation du changement climatique. »

D’où viennent les Safer ?

...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous