publicité

 

Réagir
Observatoire des mobilités actives 01/10/2019

Les politiques cyclables des villes sur la bonne pente

par Sylvie Luneau
Une des pistes cyclables à Nantes © Flickr CC by European Cyclists

L’Observatoire des mobilités actives a annoncé les résultats de son enquête sur les mobilités actives, le 1er octobre à Nantes, lors du 22ème congrès du Club des villes et territoires cyclables. Ils montrent un engagement croissant des collectivités locales pour le développement du vélo.

Les collectivités locales pédalent dans le bon sens. C’est ce qui ressort de l’enquête de l’Observatoire des mobilités actives. Réalisée tous les 3 ans, c’est la quatrième du genre. Effectuée en 2019, elle se base sur les réponses de 65 collectivités adhérentes au Club des villes et territoires cyclables, représentant 16,6 millions d’habitants.

Par rapport à 2016, les évolutions sont positives à plusieurs titres. Le nombre de schémas directeurs des aménagements cyclables concerne désormais 91 % des collectivités interrogées (contre 83 %).

Budget en augmentation

Le budget dédié au vélo augmente également, de 7,32 euros à 9,26 euros par habitant et bénéficie d’une ligne spécifique dans 61 % des cas.

Les collectivités cherchent à faciliter la circulation des cyclistes en offrant des aménagements plus adaptés. Elles ont aussi la volonté de développer la pratique cyclable chez leurs agents. En 2019, 51 % des collectivités avaient adopté un plan de mobilité et 25 % ont mis en place une indemnité kilométrique. Enfin, 92 % d’entre elles ont mis des vélos à disposition de leurs agents.

Forte progression des offres de services vélo

Les offres de prêts ou de location de vélos aux habitants sont en forte progression et concerne 90 % des collectivités. Cette progression est observée principalement sur des offres de prêts/locations (62 % des collectivités en disposent) et pour de villes de moins de 50 000 habitants (+ 60 % en 3 ans).

En revanche, le nombre de collectivités aidant les particuliers à l’achat de vélos a baissé de 25 à 18 %. Le signe, probablement, de choix budgétaires contraints après la chute des dotations de l’Etat de 2015 à 2017. 

 

Consultez la synthèse de l’enquête 2019 de l’Observatoire des mobilités 

 

 

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous