publicité

02/10/2009

Antennes-relais : des définitions pour comprendre

par La rédaction

Téléphones mobiles, stations-relais, Wi-fi, téléphones sans fil : comme les antennes de télévision ou de radio, ces appareils utilisent des ondes qui créent un champ électromagnétique dans lequel nous baignons. Mais de quoi parle-t-on ?

Cet article fait partie du dossier:

Antennes-relais : les maires face au principe de précaution

voir le sommaire

Ondes électromagnétiques

Ces ondes se déplacent à la vitesse de la lumière en combinant deux perturbations, l’une électrique, l’autre magnétique.
La fréquence, en hertz, est le nombre des oscillations de l’onde par seconde, et la longueur d’onde la distance entre deux oscillations, plus courte quand la fréquence est plus grande.
L’intensité du champ électromagnétique se mesure en volt par mètre.

Types de fréquences

On distingue

  • les fréquences extrêmement basses, jusqu’à 300 Hz (ex : 50 Hz pour le courant électrique),
  • les moyennes, de 300 Hz à 10 MHz (exemple : les écrans d’ordinateur),
  • puis les radiofréquences à la base des communications sans fil (émetteurs de radio ou de télévision, téléphones mobiles) et les hyperfréquences (fours à micro-ondes).
  • Encore plus énergétiques : la lumière visible, les UV, les rayons X, les rayons gamma…

Effets des ondes électromagnétiques

Les effets biologiques les plus connus sont les effets thermiques (l’oreille qui chauffe quand on téléphone longtemps) mais, disent les associations, d’autres effets sont envisageables notamment en cas d’exposition prolongée et même en-dessous du seuil d’apparition des effets thermiques.

Stations-relais (près de 50.000 en France en 2009)

Il s’agit d’une antenne radio installée sur des bâtiments ou pylônes, qui sert de relais aux téléphones mobiles.
L’exposition d’un utilisateur de téléphone mobile est très supérieure à celle d’une personne vivant à proximité d’une antenne, mais le téléphone n’émet que lorsque l’on s’en sert.
Les effets des champs diminuent avec l’éloignement de la source.

DAS

Le « débit d’absorption spécifique » du téléphone mobile est le niveau maximal d’ondes radio auquel il peut exposer. La loi exige un DAS inférieur à 2 watts par kilo.

Téléphone sans fil (norme DECT)

Les émissions de sa base sont moindres que celles du portable mais elle émet sans discontinuer.

Wi-Fi (pour Wireless-Fidelity)

Il s’agit de l’internet sans fil à haut débit. Sa fréquence est plus haute que celle des téléphones portables, donc son énergie pénètre moins. Mais il est en général branché automatiquement quand le client ouvre la « box » de son forfait. Les sénateurs Verts demandent sa « désactivation par défaut ». Le wimax est une autre technologie de radiocommunication à longue portée.

Valeurs limites des ondes

L’OMS les fixe à des niveaux 50 fois plus bas que les effets sanitaires avérés (effets thermiques) chez les animaux. Les seuils varient fortement selon les pays: 41 à 61 volts/mètre en France, soit les valeurs suggérées par l’OMS et la Commission européenne.

Les seuils sont nettement inférieurs dans plusieurs pays ou régions d’Europe, au nom du principe de précaution (6 à 20 v/m en Italie, 6 v/m dans les zones d’habitation bulgares, bientôt 3 v/m à Bruxelles…).

Electro-hypersensibilité

Certains imputent aux champs électromagnétiques des symptômes tels que maux de tête, nausées, insomnies, palpitations… Les symptômes restent difficiles à classer en l’absence d’étude concluante, mais ils sont réels.

Source : Agence française de sécurité sanitaire de l’environnement et du travail (Afsset), Organisation mondiale de la santé (OMS), Fondation santé-radiofréquences et associations.

Comments are closed.

publicité

Abonnez-vous