publicité

 

Réagir
Parlement 05/09/2019

Les nouvelles lignes rouges de Gérard Larcher sur la réforme des institutions

par Aurélien Hélias
Gérard Larcher, président du Sénat, lors de sa conférence de presse de rentrée le 4 septembre 2019, au Palais du Luxembourg © Aurélien Hélias

Si le président du Sénat juge qu'un accord est proche avec l'exécutif sur la diminution du nombre de parlementaires et la limitation du cumul dans le temps, l'élu des Yvelines fait de la bonne représentation des territoires dans les deux chambres et du refus d'un renouvellement intégral du Sénat des conditions non négociables. Et met la pression sur le Gouvernement pour que celui-ci inscrive la réforme à l'ordre du jour d'une des deux assemblées...

La réforme des institutions fait du surplace et le dernier message envoyé à ce sujet par le président du Sénat, Gérard Larcher, n'augure pas une quelconque accélération. Se posant volontiers en opposant numéro un de l'exécutif, l'élu (LR)  des Yvelines a certes admis des avancées depuis la première version de la réforme présentée il y a près de deux ans : "nous avons trouvé un point d'équilibre sur le cumul dans le temps", à savoir savoir la limitation aux seules communes de plus de 9 000 habitants de l'interdiction de cumuler plus de trois mandats identiques successifs. Quand à la baisse du nombre de parlementaires, la patron du Sénat fait mine de s'interroger : "qui peut croire qu'une grande réforme échouerait sur une différence de seulement 20 sénateurs ?" alors que 348 siègent aujourd'hui au Palais du Luxembourg. Depuis que l'exécutif se montre ouvert à l'idée de "raboter" la coupe dans les effectifs de parlementaires - une diminution de 20 % a ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous