publicité

 

Réagir
La parole à l'opposition 17/09/2019

Oppositions locales : faut-il participer au bilan de fin de mandat ?

par Pascale Tessier
A Colomiers (Haute-Garonne), l’exécutif emmené par Karine Traval-Michelet a choisi d’organiser des réunions publiques pour exposer son bilan de mandature. © A. FOKS / Ville de Colomiers

Qu’ils aient réalisé ou non leurs promesses de campagne, les maires ont l’habitude de présenter leur bilan aux électeurs. Certains se sont même déjà exécutés, sans même en informer l’opposition. De quoi susciter le courroux des élus ou groupes minoritaires, qui privilégient alors d'autres moyens pour faire valoir leur droit d'inventaire sur le mandat municipal qui touche à sa fin...

L’enjeu

Un certain nombre de maires ont envoyé leurs bilans exhaustifs durant la période estivale, afin que la loi imposant que toute communication de ce type soit faite avant le 1er septembre 2019 ne le fasse pas apparaître comme un document de campagne. Même s’il en possède les contours... Si les actions réalisées sont le fait de la municipalité, elles sont revendiquées par la majorité seule. D’une part, parce que l’opposition préfère se détacher du bilan qu’elle n’assume pas dans sa globalité, même si elle a pu parfois approuver une large majorité des délibérations. D’autre part, parce que les maires ne leur proposent que rarement de participer au compte rendu des six années de mandature. Les opposants n’ont alors d’autre choix que de présenter, de leur côté, leur propre bilan et les décisi ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité