publicité

 

Réagir
Référendum sur la privatisation d'ADP 18/06/2019

Aéroports de Paris : les communes entrent difficilement dans le RIP

par Olivier Schneid
Aéroport Charles-de-Gaulle, Roissy - Aéroports de Paris © Adobe/Pavel Losevsky

Le premier Référendum d’initiative partagée (RIP) de la Ve République connaît un démarrage laborieux. Les électeurs désireux, depuis le 13 juin, de soutenir une proposition de loi empêchant la privatisation du groupe ADP (ex-Aéroports de Paris) rencontrent des difficultés sur le site web mis en place par le gouvernement. L’Etat a sollicité quelque 2 000 communes dans l’ensemble du pays pour participer à l’opération au niveau local. Mais, là encore, l’état d’impréparation du processus est flagrant.

« Je suis député, je vote depuis 25 ans à Amiens, et le site du gouvernement me répond quoi ? Non-inscrit sur les listes électorales. Vive la start-up nation ! » s’est emporté le parlementaire (La France insoumise) de la Somme François Ruffin, lundi 17 juin , sur Twitter. « Après 11 tentatives ce matin et 8 ce soir, j’ai enfin pu signer. Sauf à penser que la #startupnation soit restée à l’heure du Minitel, ces difficultés d’accès au site deviennent soupçonnables », avait déja fulminé, jeudi, son homologue (PCF) de Seine-Saint-Denis Stéphane Peu.

Mis en ligne, le 13 juin, par le gouvernement, le site Internet consacré au Référendum d’initiative partagée (RIP), permettant aux électeurs d’apporter leur soutien à une proposition de loi affirmant « le caractère de service public national de l’exploitation des aérodromes de Paris », rendant, si elle était adoptée, la privatisation d’ADP de facto impossible, connaît des débuts laborieux. Les griefs se multiplient, notamment, sur les réseaux sociaux.

Surtout respecter l’e dans l’o

« Me voilà amené à faire du service après-vente », s’agace l’entrepreneur dans le numérique Valerio Motta. Ancien responsable du web au Parti socialiste (PS), il a élaboré le scrutin en ligne des primaires citoyennes de la gauche de 2011. « D’habitude, quand vous avez un problème avec une administration, elle vous accompagne sur les réseaux sociaux. Là, il n’y a aucune assistance. C’est consternant », s’agace-t-il. Et de lister les « mauvais choix de développement d’un site dont toute l’ergonomie semble avoir été conçue pour compliquer la vie de l’utilisateur. Comme la sensibilité de tous les champs impliquant une saisie comportant des accents, des tirets ou des virgules. » « Ne pas écrire Boulogne/Mer mais Boulogne-sur-Mer, ni Jean Pierre pour Jean-Pierre, ou Allemagne, si vous êtes né en RDA », énumère-t-il, à titre d’exemples. Ou encore l’impossibilité de trouver sa commune si le « e dans l’o » n’est pas strictement respecté. Comme dans Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), Mœuvres (Nord) ou Cœuvres-et-Valsery (Aisne).

Le captcha, cet outil de sécurisation visant à s’assurer que vous n’êtes pas un robot, suscite aussi son indignation. « J’ai rarement vu un affichage aussi peu visible », observe-t-il ; « Pourquoi neuf caractères, bien plus que sur n’importe quel formulaire administratif ? De plus, l’assistance audio est peu efficiente », renchérit Stéphane Peu. Les deux hommes critiquent « un système qui place les gens dans des situations d’erreur ».

2 000 communes en back-office

Quelque 2 000 communes, la plus peuplée de chaque canton, ont été sollicitées par le gouvernement pour venir en aide aux citoyens ne parvenant pas à concrétiser leur soutien au RIP. Faute de disposer d’un ordinateur ou de parvenir à mener à bien la démarche. Dans le premier cas, un agent d’état-civil reportera sur le site gouvernemental les informations que l’électeur aura rédigées sur un formulaire Cerfa ; dans le second cas, il l’assistera pour compléter les champs sur le site Internet.

« Les collectivités concernées ont, pour la plupart, reçu la circulaire préfectorale tardivement et sans accompagnement », regrette Stéphane Peu, qui a obtenu du ministre de l’Intérieur « l’engagement qu’un texte plus précis leur serait adressé ».

« On demandera au préfet une séance de formation »

Au service des élections de Saint-Sulpice-la-Pointe (Tarn, 9 200 habitants), on expliquait lundi « être en train de mettre en place un ordinateur et se préparer à habiliter des agents municipaux ». A celui de Soucy (Yonne, 1 600 habitants), la référente RIP confirme avoir reçu l’identifiant et le mot de passe pour accéder au site, mais ne pas encore avoir eu le temps de le tester. Même situation à Paris, en Mairie du 18è arrondissement.

Découvrant que sa commune est concernée par le dispositif, le maire (LR) de Blancs-Coteaux (Marne, 3 400 habitants), Pascal Perrot, assure que « le nécessaire sera fait pour accompagner les citoyens ». « J’ai des agents au top et on demandera au préfet de nous organiser une séance de formation », ajoute-t-il. En déplorant que « l’Etat lance des choses sans se soucier de comment ça va marcher au niveau local ».

« Tout est en place chez nous, et ce, depuis le lancement du RIP », explique, a contrario, le maire du 2e arrondissement de Paris, Jacques Boutault (EELV), dont le site Internet informe, dès la page d’accueil, les administrés sur les modalités du vote. Une démarche rarissime.

Une campagne mode d’emploi aurait été bienvenue

En Seine-Saint-Denis, des communes non concernées par le dispositif préfectoral ont pris l’initiative de s’y associer. Telle Villetaneuse (13 200 habitants). Stéphane Peu espère en voir d’autres, partout dans le pays. Il s’étonne que le gouvernement n’ait pas mené « au moins une campagne d’information civique, genre mode d’emploi, sachant que ce RIP est une première dans l’histoire de la Ve République. C’est l’une des vingt demandes qu’on a transmises au ministre de l’Intérieur, et il a dit non. » « On ne peut pas dire que ce référendum ait été organisé avec un grand entrain », euphémise-t-il.

Valerio Motta, qui, « bien que geek, a dû s’y reprendre à trois fois », ne croit pas aux explications du ministère de l’Intérieur, dont le secrétaire général adjoint, Alain Espinasse, a justifié les bugs par l’ancienneté du site, conçu en 2014/2015, par conséquent, « moins ergonomique qu’on pourrait le souhaiter ». « Il a été lancé sans avoir été vérifié, testé sur un panel, alors que le gouvernement en avait les moyens financiers et le temps, rétorque Valerio Motta. Il doit pouvoir accueillir, potentiellement, l’ensemble du corps électoral français, soit plus de 47 millions de personnes. Or, il ne respecte, par exemple, pas les critères requis pour les personnes handicapées. Et les mentions légales ne sont même pas à jour. »

Le gouvernement s’est engagé à l’améliorer. Les opérations de vote seront closes le 12 mars 2020. 

Réagissez à cet article

  1. Normal les geeks qui créent des usines à gaz sont très forts pour les vendre mais peu enclins à vous aider à gérer les sites !!!!

  2. vendre la France n’est pas une très bonne idée rétablissons les frontières et arrêtons l’union européenne qui ne sert qu’on multinationales les plus riches

  3. leur base de données est fausse. je ne peux pas participer au RIP. Auffay val de scie n’est pas bien enregistrer. le code postal est faux et donc je ne suis pas reconnue sur leur liste
    cdt

  4. commune non trouvée !?!
    pourtant elles ont plusieurs siècles d’existence, pas d’accent, pas d’espace, pas de tiret…

  5. Bonjour,
    même problème que vous: « Lavieva »
    j’ai fini par parvenir à ce que ma ville et le bon code postal soit pris en compte:
    j’ai selectionné ma ville qui était proposée dans le listing après l’avoir sélectionnée j’ai corrigé moi même le code postal entre les parenthèses. Et surtout si vous avez plusieurs prénoms sur votre carte d’identitée il faut que vous les inscriviez tous au seinn de la case prénom. J’éspère que ce commentaire pourra être utile. Mais en tout les cas je rejoins les commentaires négatifs, la difficulté de saisie est une honte pour un site public censé permettre un RIP !

  6. Il est normal que le « code » qui suive le nom de votre commune (de vote et de naissance) ne corresponde pas au code postal : il est indiqué dans le formulaire (écrit en petit sous la case à remplir) de rentrer le nom de la commune et non son code postal ou son code Insee :
    « Renseignez le nom de votre commune de naissance et non son code postal ou son code Insee. Sélectionnez-la ensuite dans la liste proposée »

  7. Je tente moi aussi de voter dans cette consultation importante, je vote à Paris depuis 25 ans et le site Gouv me dit que je ne suis pas inscrit sur les listes électorales, alors que je viens de voter pour les européennes!… Ceci pue la manipulation…C’est dégoutant: je vais m’obstiner, ils ne m’auront pas!

  8. une véritable arnaque c’est une honte à croire que l’on est dans un régime totalitaire et non une démocratie: 10 fois que j’essaie et la même réponse: « Une erreur inattendue est survenue au cours de l’interrogation des listes électorales. Nous vous invitons à renouveler votre demande. »
    Ceci est une mascarade! Faut il bloquer les aéroports pour être entendus ?

  9. Lamentable,
    Après le parcours du combattant pour voter, tirets, majuscules, minuscules accents, code INSEE commune etc…
    J’ai enfin reçu le récépissé tant attendu, un mois plus tard je vérifie par acquis de conscience si mon vote a été pris en compte.
    Eh bien non!
    Le récépissé ne vaut pas vote.
    Je recommence, idem.
    Je veux remplir le formulaire de réclamation en ligne, c’est le même bazar, il me faudrait en plus scanner ma pièce d’identité.
    À noter que sur quatre votants dans ma famille, seuls deux d’entre nous apparaissent sur la liste de soutien à la demande de referendum.
    Cela ressemble fort à un déni de démocratie.
    Je ne laisserai pas confisquer mes droits pour autant.
    Combien de citoyens se voient ainsi flouer de la sorte?
    Chez moi c’est 50%, les resultats de cette consultations seront donc sujets à suspicions si des mesures ne sont pas prises pour pallier à ces bugs (intentionnels ? ).

  10. ON ME DEMANDE LE CODE POSTAL JE L/INSCRIS VIMY 62580 5FOIS ET 5FOIS ON M/INDIQUE NON 62581 ?J/EN EST MARRE,POURTANT J /AI LA CERTITUDE QUE VIMY EST BIEN 62580 ?J/AI HALLUCINER PENDANT 1/2 HEURE?COMMENT VERIFIER?SI MON VOTE A ETE HOMOLOGUER?QUEL ARNAQUE

  11. J’ai rencontré le même problème que Stéphane Faoucher en votant à 2 reprises, le tout confirmé par un récépissé qui disparaît dans la nature. Je suis persuadé que la plupart des votants n’apparaissent pas dans ce référendum.
    C’est une tromperie avéré, les médias se gardent

  12. Impossible de remplir le code commune LE PERREUX-SUR-MARNE non reconnu par le logiciel. Une vraie arnaque ce site pour décourager les citoyens de voter….

  13. Ma commune est même inconnue du site gouvernemental censé me dire où je dois voter et où je vis et je vote bien sûr! C’est absolument délibéré!

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous