publicité

 

Réagir
Petite enfance 29/05/2019

Comment faciliter l’accueil collectif des enfants défavorisés ?

par Michèle Foin
Crèche - petite enfance © Adobe/Rawpixel.com

Si les élus locaux sont prêts à intégrer la fragilité des familles dans leurs critères d’admission en crèche, ils tiennent à préserver la mixité sociale. Et veulent continuer à répondre aux besoins des familles qui travaillent.

En 2017, le gouvernement avait la ferme intention de contraindre les collectivités à publier leurs critères d’admission en crèche, le manque de transparence nuisant à l’équité d’accès, estimait Agnès Buzyn, ministre des Solidarités et de la Santé. L’idée derrière tout cela était de moduler les financements des collectivités en fonction du poids accordé aux critères sociaux, dans le sillage de la stratégie de lutte contre la pauvreté. « Nous n’avons pas besoin d’une autorité de tutelle quand nous attribuons des places. Faisons confiance aux élus ! », a répliqué l’Association des maires de France (AMF). Familles bi-actives. Depuis, le climat s’est apaisé entre les maires et l’exécutif, et c’est l’AMF qui a planché sur la question. En novembre 2018, elle rendait non pas un rapport culpabilisant ou prescriptif, mais un vade-mecum sur l’attribution des places en crèche recensant les meilleures pratiques à ado ...

CONTENU RÉSERVÉComment accéder à ce contenu ?

NON ABONNÉ ?

Laisser un commentaire

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

publicité

Abonnez-vous